de fr it

Gautier

Famille genevoise, originaire de Gex, dont plusieurs branches existent encore. Louis, notaire et mercier, est reçu bourgeois de Genève en 1508. Sa richesse et les liens de parenté qui l'unissent aux familles gouvernantes genevoises (Donzel et du Molard) facilitent l'ascension des siens dans le cercle des dirigeants de la cité. Il accède au Conseil des Cinquante en 1525 et au Petit Conseil en 1526. Ses descendants, qui s'allieront à d'autres familles patriciennes genevoises, participeront, à des degrés divers, à la vie politique de la République: syndic, conseillers, secrétaire d'Etat. Certaines branches donneront plusieurs générations de militaires de carrière aux XVIIIe et XIXe s. ou de médecins aux XIXe et XXe s. (André, ->; Léon, ->). Cette famille se distinguera également dans le droit (Alfred, ->), la science (Alfred, ->; Emile, ->; Raoul, ->), l'histoire (Jean-Antoine, ->), la théologie (Lucien, ->), le commerce et la banque (Victor, ->). Au XIXe s., plusieurs G. furent actifs dans la Société évangélique (Réveil). En 1550, la famille se fit construire une maison à Cologny, commune dans laquelle elle était toujours installée au début du XXe s. En 1802, François de la branche des G. de Tournes, achetait une propriété à Chougny.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 3, 152-156; 6, 217-222
  • P. et Ch. Gautier, Notice sur la famille Gautier de Genève, 1958
  • Livre du Recteur, 3, 426-433