de fr it

Odier

Famille genevoise, originaire de Pont-en-Royans (Dauphiné). Réfugié huguenot, Antoine (vers 1698-1775) acquit la bourgeoisie de Genève en 1714. D'autres O. s'établirent à Lavigny, puis à Genève. Plusieurs O. exercèrent d'importantes fonctions politiques, comme David Charles (->) et Edouard (->), alors que certains se distinguèrent dans le domaine de la santé, par exemple Louis (->) et Charles (->), médecins, André (1917-1948), médecin missionaire aux Indes, Lucie (1886-1984), infirmière et vice-présidente honoraire du CICR, et Max (1906-1997), infirmier et fondateur des Ambulances Odier & Fils SA. La famille compta aussi des artistes, dont Edouard (1800-1887) et Jacques (->), peintres, des ingénieurs, comme Albert (->) et des architectes (Ernest, 1883-1966). Grâce à un réseau serré de relations et d'alliances matrimoniales, la famille a joué dès le XVIIIe s. un rôle de premier plan dans le secteur financier national et international, position qui s'est encore renforcée en 1830 avec l'entrée de Charles Edouard (1804-1881) comme associé de la banque genevoise Lombard, Bonna & Cie, qui devient alors Lombard, Odier & Cie (dès 2002 Lombard Odier Darier Hentsch & Cie).

Sources et bibliographie

  • Fonds, AEG et BGE
  • Almanach généal. suisse, 1, 735; 5, 893-901
  • H. Lüthy, La banque protestante en France, 2 vol., 1959-1961
  • A. Odier; D. Vaj, éd., Mon voyage en Italie, 1811-1812, 1993, 9-33
  • Nos deux cents premières années, 1998

Suggestion de citation

Vaj, Daniela: "Odier", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 31.08.2009, traduit de l’italien. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/025545/2009-08-31/, consulté le 25.10.2020.