de fr it

Oltramare

Famille de réfugiés protestants d'origine italienne établie à Genève à la fin du XVIe s. Reçu bourgeois en 1608, Antoine (vers 1575-1645) est teinturier en soie, activité qu'exerceront aussi ses descendants. Un de ses fils, Rodolphe (1608-1666), entreprend, grâce à son mariage avec Jeanne Bonnet-Mestrezat, l'intégration de la famille dans la vie de la cité. Au XVIIIe s., les O. sont le plus souvent artisans; certains militent pour les droits des bourgeois. Dès le XIXe s., plusieurs membres sont professeurs, pasteurs, médecins, avocats et banquiers. Deux branches distinctes, issues du fils de Rodolphe, Matthieu (1643-1713), sont à l'origine des O. actuels. De la première descendent le théologien Hugues (->), son frère, le mathématicien Gabriel (->), et le fils de ce dernier Hugues (->), professeur de médecine. La seconde compte les latinistes André (1822-1896), son fils Paul (->) et son petit-fils André (->). Le frère de celui-ci, Georges (->) a été le chef de l'Union nationale.

Sources et bibliographie

  • Fonds, AEG et BGE
  • Almanach généal., 7, 871-878