de fr it

Maisonnée

Mesnie

La maisonnée (mesnie en ancien français), désigne l'ensemble des personnes habitant la même maison. Le pendant germanique (Ganzes Haus), forgé en 1854 par l'Allemand Wilhelm Heinrich Riehl, historien de la civilisation, fut adopté en 1956 par Otto Brunner, spécialiste autrichien de l'histoire sociale, pour désigner la communauté domestique (Ménage) du Moyen Age et de l'époque moderne, soumise à l'autorité protectrice du chef de famille (Droit familial). La maisonnée englobe les gens attachés au service d'une maison, la domesticité, soit des individus célibataires, sans enfant, qui ne font pas partie de la famille (valets, servantes, compagnons, apprentis). En ville comme à la campagne, la maisonnée constituait une unité d'habitation et de travail, de production et de consommation. L'application pratique de ce modèle, dont la conceptualisation par l'historiographie allemande est issue d'un courant de pensée conservateur, a stimulé le développement de l'histoire sociale suisse du Moyen Age et de l'époque moderne sur le plan méthodologique, mais elle a aussi suscité critiques et rejet.

Sources et bibliographie

  • O. Brunner, «Das "ganze Haus" und die alteuropaïsche "Ökonomik"», in Neue Wege der Verfassungs- und Sozialgeschichte, éd. O. Brunner, 1968, 103-127 (11956)
  • E. Isenmann, Die deutsche Stadt im Spätmittelalter, 1988, 292-293
  • C. Opitz, «Neue Wege der Sozialgeschichte?», in Geschichte und Gesellschaft, 20, 1994, 88-98