de fr it

Donzel

Le mot donzel, comme damoiseau en langue d'oïl et donzello en italien, vient du latin populaire dominicellus, diminutif de dominus, "seigneur"; il correspond à l'allemand Junker (du moyen haut allemand junc-herre, "jeune seigneur"; utilisé dans l'historiographie française au sens de "hobereau prussien"). Aux XIIe et XIIIe s., il s'appliquait à un jeune homme de la noblesse qui, contrairement à son père, n'avait pas encore été adoubé (Chevalerie). A partir du XIVe s., des ministériaux portèrent aussi ce titre, qui transmettait à leurs descendants une distinction nobiliaire et qui, de plus en plus, accompagnait le noble de sa jeunesse jusqu'à sa mort. Dès le XVe s., de riches conseillers bourgeois des villes alémaniques, qui avaient adopté le style de vie de la noblesse en même temps qu'ils en acquéraient les seigneuries, prirent le titre de Junker, lequel devint courant à la fin du XVIe s. dans des familles dirigeantes (patriciens, aristocrates des villes corporatives, détenteurs de seigneuries dans les Grisons), mais aussi chez les grands marchands saint-gallois. Les membres de cette classe étaient souvent officiers au service étranger, entrepreneurs militaires, ou faisaient une carrière dans les charges publiques, quand ils ne séjournaient pas à la campagne dans leur manoir familial. Le terme de Junker apparaît dans diverses appellations moqueuses, contrepartie d'une certaine jalousie des inférieurs: Bettel- und Habermus-Junker (mendiant et mangeur de gruau, pour un donzel appauvri) et Jünkerlin (diminutif) sont attestés à Lucerne en 1615; à Zurich, jusqu'au XIXe s., on traitait de Stadt-Junker ou de Stude-Junker celui qui affectait la distinction. En français, seul reste usité le féminin "donzelle", avec un sens dépréciatif. Depuis le XVe s., Junker est aussi un nom de famille en Haute-Argovie, à Soleure et à Rapperswil (SG).

Sources et bibliographie

  • Idiotikon, 3, 50-51
  • K. Messmer, P. Hoppe, Luzerner Patriziat, 1976, 259-273
  • LexMA, 5, 811
  • J.-F. Poudret, Coutumes et coutumiers, 2, 1998, 333-335 (avec bibliogr.)