de fr it

FelixHess

5.12.1742 à Zurich, 3.3.1768 à Zurich, prot., de Zurich. Fils de Hans Konrad, commerçant. Neveu de Johann Jakob Bodmer. 1767 Maria Barbara Schulthess, fille de Hans Kaspar Schulthess. Etudes de théologie achevées en 1763. Très lié à Johann Kaspar Lavater, H. séjourna avec lui en Poméranie chez le théologien Johann Joachim Spalding, partisan des Lumières (1764-1765). Il publia en 1767 un ouvrage qui fit grand bruit, Prüfung der philosophischen und moralischen Predigten, dans lequel il s'attaquait aux sociniens (antitrinitaires) et aux frères moraves et s'engageait en faveur d'un christianisme biblique orthodoxe et fondé sur la raison. Membre fondateur de la Société morale de Zurich, pour laquelle il élabora, quelques jours avant sa mort, une sorte de programme d'activité. En 1777, parut à titre posthume un recueil de prédications (Sammlung einiger Predigten).

Sources et bibliographie

  • O. Hunziker, C. Keller-Escher, «Herrn alt Seckelmeister Salomon Hirzels Fünfzigste Rede», in ZTb 1909, 1908, 57-96, surtout 73
  • P. Wernle, Der schweizerische Protestantismus im 18. Jahrhundert, 1, 1923, surtout 542-544
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 5.12.1742 ✝︎ 3.3.1768