de fr it

DanielHuber

23.6.1768 à Bâle, 3.12.1829 à Bâle, prot., de Bâle. Fils de Johann Jakob (->). Frère de Johann Rudolf (->). 1802 Caroline Battier, fille d'Emanuel, capitaine de la garnison et receveur des biens de l'ancien chapitre. Etudes de lettres classiques et de médecine à Bâle. H. déclina une offre à Dantzig (1790). Professeur de mathématiques à l'université de Bâle en 1792, directeur de la bibliothèque universitaire dès 1802, à laquelle il légua sa bibliothèque personnelle. Entre 1784 et 1790 déjà, il avait publié quelques essais importants sur les comètes, la réfraction, la parallaxe solaire et les variations lumineuses de l'étoile Algol. En 1815, il réalisa la mesure trigonométrique du canton de Bâle, où il fonda aussi la Société des sciences naturelles en 1817. Sa contribution à la théorie des parallèles (Nova theoria, 1823) a été louée par le mathématicien français Adrien Marie Legendre. Auteur d'un ouvrage sur Johann Heinrich Lambert (1829), savant alsacien universaliste. Nombre de ses esquisses théoriques, certaines d'un grand intérêt, sont restées à l'état de manuscrit.

Sources et bibliographie

  • APriv, StABS
  • Fonds, UBB
  • NDB, 9, 689-690
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Marti-Weissenbach, Karin: "Huber, Daniel", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 15.01.2008, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/026000/2008-01-15/, consulté le 26.10.2020.