de fr it

Bernard-Emmanuel deLenzbourg

29.11.1723 (François-Pierre-Emmanuel Lentzburger) à Fribourg, 14.9.1795 à Fribourg, cath., de Fribourg. Fils de Jean-Antoine Lentzburger et de Marie-Ursule de Vevey. En 1766, la famille fut autorisée à changer le nom de Lentzburger en de L. Après avoir fréquenté le collège Saint-Michel à Fribourg, L. entra chez les cisterciens d'Hauterive et y prononça ses vœux (1741). Ordonné prêtre en 1747, il fut élu abbé en 1761. Il acheva la construction en style baroque de l'aile ouest de l'abbaye, enrichit la bibliothèque, étudia l'histoire d'Hauterive et du diocèse de Lausanne et correspondit avec de nombreux érudits. Délégué du nonce Giovanni Battista Caprara, il promulgua en 1778 la bulle papale de suppression de la chartreuse de La Valsainte. Vu l'opposition du gouvernement fribourgeois à l'élection épiscopale de l'ancien jésuite Niklaus Albert von Diesbach, le pape Pie VI le nomma évêque de Lausanne en 1782, avec autorisation de conserver sa charge d'abbé d'Hauterive. L. fut consacré à Bellelay par l'évêque auxiliaire de Bâle Jean-Baptiste Joseph Gobel en 1783. Il visita son diocèse (jusqu'en 1786), publia un nouveau catéchisme (1785) et entreprit la réforme du bréviaire diocésain sur le modèle de ceux de Paris et Besançon, avec le concours du chanoine Charles-Aloyse Fontaine (1787). Ouvert à un catholicisme rénové, il dénonça cependant certaines tendances antireligieuses de la philosophie des Lumières et proscrivit les écrits révolutionnaires. A la mort de l'évêque Raymond de Durfort en 1792, il fut nommé administrateur apostolique de l'archevêché de Besançon et du diocèse de Belley. Il s'adjoignit douze vicaires généraux et condamna le clergé constitutionnel de France. Les évêques français et autres religieux en exil trouvèrent en lui un appui résolu. Il soutint le projet d'un séminaire diocésain. Membre d'honneur de l'Académie des sciences de Besançon (1786).

Sources et bibliographie

  • HS, I/4, 165-167; III/3, 237-240
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF