de fr it

Karl JosephRingold

25.8.1737 à Altdorf (UR), 16.6.1815 à Altdorf, cath., d'Altdorf. Fils de Karl Franz, maître d'école, et de Maria Ursula Appollonia Lauener. Neveu de Sebastian Anton (->). Ecole latine à Altdorf, école conventuelle de Muri, études de théologie au Collegium helveticum de Milan, ordination en 1761. Chapelain du bénéfice institué par la famille Straumeyer à Altdorf (1761-1766), curé à Attinghausen (1766-1779), à Sarmenstorf (1779-1793) et à Altdorf (1793-1804), commissaire épiscopal dans le canton d'Uri (1793-1801), curé à Bauen (1804-1805), séjour au couvent de Seedorf, chapelain des capucines à Altdorf dès 1808. A Attinghausen, R. noua des contacts avec des représentants des Lumières catholiques suisses, dont Joseph Anton Felix von Balthasar et Johann Rudolf Schinz. A Sarmenstorf, il acquit la réputation d'un ecclésiastique instruit, ouvert aux idées nouvelles et aux réformes. Il introduisit des chants de messe en allemand, ainsi que des chants bibliques protestants dans la liturgie et encouragea la lecture du Nouveau Testament dans la langue maternelle. Il prôna la tolérance confessionnelle et le dialogue avec les ecclésiastiques et les intellectuels protestants, parmi lesquels l'antistès de Zurich Johann Jakob Hess. Sa qualité de membre de la Société helvétique (dès 1782) lui permit également d'entrer en relation avec des personnages importants. Durant l'Helvétique, R. joua un rôle de premier plan comme intermédiaire et garant dans le cadre d'actions de secours privées, souvent prises à l'initiative de cercles protestants zurichois et bâlois. Ce fut le cas à Nidwald en 1798, lors de l'incendie d'Altdorf en 1799 et après les expéditions militaires françaises et russes à Uri. R. quitta ses fonctions de commissaire épiscopal en 1801 en raison de graves différends l'opposant à certains représentants des autorités de la République helvétique et de l'intervention de l'évêque de Constance. Malgré son jugement parfois critique face aux jésuites et aux couvents et bien qu'il soutînt les réformes de l'empereur Joseph II, R. s'opposa à tout empiètement de l'Etat dans les affaires de l'Eglise. Marqué par ses expériences négatives vécues sous l'Helvétique, il se montra favorable à la Restauration à la fin de sa vie.

Sources et bibliographie

  • S. Röllin, «Pfarrer Karl Joseph Ringold (1737-1815)», in Gfr., 137, 1984, 5-330
  • HS, I/2, 723-724
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 25.8.1737 ✝︎ 16.6.1815