de fr it

Cristaux de roche

Le cristal de roche, du grec kryos (= froid), car assimilé jusqu'au XVIIe s. à de la glace non liquéfiable, est un quartz limpide et incolore. A l'époque préhistorique, on l'utilisait dans les Alpes, où les bons gisements de silex sont rares, comme lame et pointe de flèche. Depuis la découverte des métaux, il se porte surtout comme ornement. Au Moyen Age, il décore des vases liturgiques; de grande taille, il est creusé et sert de reliquaire. Dès le XIVe s., les grandes coupes en cristal poli occupent une place d'honneur dans les cabinets de curiosité princiers. Pour les habitants des Alpes centrales, l'exploitation du cristal de roche a parfois présenté un intérêt économique. En fouillant en 1978 le château fort de Zwing-Uri, on en a trouvé une dizaine de kilos, déposés là aux XIIe-XIVe s. Uri est du reste cité en 1544 comme fournisseur de cristaux. Beaucoup de grosses pièces propres au polissage se vendaient à des ateliers d'Italie du Nord, d'où leur nom de "milanais". Les chercheurs de cristaux, dits Strahler en Suisse alémanique dès le XVIe s., ne travaillent plus aujourd'hui que pour constituer des collections de minéraux. L'Association suisse des cristalliers et collectionneurs de minéraux et fossiles a été fondée en 1967.

Sources et bibliographie

  • A. Spycher, Der Strahler, 1982
  • M. Primas, et al.Archäologie zwischen Vierwaldstättersee und Gotthard, 1992, 14
  • R. Rykart, Quarz-Monographie, 21995