de fr it

MichaelZingg

30.9.1599 à Glaris, juillet 1676 à Möriken-Wildegg, prot., de Glaris. Fils de Hans, tailleur, et d'Elsbeth Biedermann. 1) 1625/1626 Barbara Bäldi, 2) 1630 Elisabeth Scheitlin, fille d'Othmar, pasteur, 3) 1636 Martha Fels, fille d'Elias, comptable. Etudes au Carolinum de Zurich (dès 1615), consécration (1623). Pasteur à Sax-Frümsen (comm. Sennwald, 1626), maître de calcul et prédicateur à Saint-Gall (1630). Diacre à Bülach (1638), pasteur de Fischenthal (1640), puis d'Altstetten (auj. comm. Zurich, 1650). Professeur de mathématiques au Collegium humanitatis (1650). Pasteur de Saint-Jacques-sur-la-Sihl (1653). Z., qui réalisa des expériences liées aux sciences naturelles et s'intéressa à l'astronomie, défendait des idées théologiques non conformistes. En 1634, il dut abjurer à Saint-Gall des propos sur l'incarnation du Christ, jugés contraires à l'orthodoxie. En 1648, Zurich lui octroya la bourgeoisie en hommage à son horloge astronomique (auj. au Musée national) et à ses autres travaux scientifiques. Mis en accusation pour avoir refusé le dogme de la prédestination (1661), Z. s'enfuit de Zurich et vécut en exil, d'abord dans la région de Weil am Rhein, puis, dès 1673, à Möriken.

Sources et bibliographie

  • R. Wolff, Biographien zur Kulturgeschichte der Schweiz, 3, 1860, 79-92
  • O. Pfister, «Michael Zingg (1599-1676), eine Lichtgestalt in dunkler Zeit», in Zwingliana, 8, 1944, 7-24
  • U.B. Leu, «Chiliasten und mystische Spiritualisten des 17. Jahrhunderts in Zürich», in Gegen den Strom, éd. J.J. Seidel, 2011, 39-77, surtout 60-77
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Marti-Weissenbach, Karin: "Zingg, Michael", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 18.11.2014, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/026293/2014-11-18/, consulté le 04.12.2020.