de fr it

Mairie

Au Moyen Age et pendant l'Ancien Régime, le terme est utilisé dans le pays de Neuchâtel et dans l'évêché de Bâle pour désigner une circonscription administrative, le plus souvent judiciaire. Les termes de mayorie et mayor (selon les auteurs aussi mairie et maire), dans le Pays de Vaud, de majorie et major, en Valais, étymologiquement identiques (lat. maior), renvoient à des offices administratifs et judiciaires liés à l'évêché. En Suisse alémanique, maior a donné Meier (Mayor). Le sens moderne de mairie et maire remonte à la Révolution française.

Dans le comté puis principauté de Neuchâtel, l'organisation de la justice criminelle et civile comprend d'une part des juridictions aux compétences criminelles et civiles (dix au XVIIIe s.), dont font partie les châtellenies, les seigneuries, ainsi que les mairies de Neuchâtel, de Colombier (depuis 1564) et de Valangin (depuis 1592), et d'autre part des juridictions uniquement civiles (douze au XVIIIe s.), toutes appelées mairies. Un maire agissant au nom du comte (puis prince) est à la tête de chaque mairie. Si certaines mairies sont exclusivement judiciaires, d'autres sont également des centres de perception des recettes, ainsi celles de Neuchâtel, La Côte, Rochefort et Boudevilliers (réunies en une seule recette en 1569, sous le nom de Quatre-Mairies). Ce système durera jusqu'à la révolution de 1848.

Dans l'évêché de Bâle, l'organisation judiciaire et administrative varie d'un bailliage à l'autre. On trouve notamment des mairies de justice en Erguël (dites aussi paroisses), en Ajoie et dans la prévôté de Moutier-Grandval. Dans ces deux derniers bailliages, des "grandes mairies" regroupaient plusieurs mairies. Le maire, dit aussi maire bâtonnier, est à distinguer du maire de communauté. Les maires sont nommés par le prince-évêque. La mairie de Bienne, elle, correspond à un bailliage; à La Neuveville, châtellenie et mairie se confondent pratiquement (le châtelain du Schlossberg est aussi maire de La Neuveville).

Sources et bibliographie

  • W.-A. Liebeskind, «L'Etat valaisan», in Ann. val., 1971, 23-24
  • Ph. Henry, Crime, justice et société dans la principauté de Neuchâtel au XVIIIe s. (1707-1806), 1984, 55-77
  • Hist.NE, 1, 216; 2, 51-53, 83; 3, 36
  • Th.R. Frêne; A. Bandelier et al., éd., Journal de ma vie, 5, 1993, 20-38
  • J.F. Poudret, Coutumes et coutumiers, 1, 1998, 380, 396, 445, 449-450