de fr it

GiuseppeVanelli

vers 1736 à Grancia, 29.4.1799 à Lugano, dans le cimetière de l'hôpital Sainte-Marie à Lugano, cath., de Grancia. Fils de Giovanni Maria, notaire. V. se forma probablement dans les séminaires lombards. Attesté de 1761 à 1770 comme curé de Grancia, il abandonna ensuite le ministère, mais continua à porter le titre d'abbé. Nourri d'études littéraires, il travailla après 1760 avec l'imprimerie Agnelli de Lugano, d'abord comme traducteur de textes français; cette collaboration dura près de quarante ans. Auteur de sonnets parus dans des recueils de poèmes d'éloges dédiés, selon l'usage de l'époque, à quelques baillis de Lugano, il s'occupa de l'impression et de la diffusion d'ouvrages jansénistes hostiles aux jésuites. Sous le pseudonyme de Luigi Alenvil (anagramme de V.), il fut l'auteur de l'almanach La Scuola di Minerva (1790-1792). Sa renommée est liée à la rédaction des Nuove di diverse corti e paesi", connu aussi sous le nom de Gazzetta di Lugano, dont il reprit la direction en 1788. Animateur d'un club "jacobin" qui regroupait principalement de jeunes intellectuels fascinés par les idées démocratiques et libérales, il accorda une large place aux événements révolutionnaires en Europe dans la Gazzetta di Lugano. Considéré comme jacobin révolutionnaire et partisan de la République cisalpine, il fut obligé de se réfugier à Côme en février 1798; avec Bartolomeo Papi et Ippolito Castelli, V. fut fusillé par les rebelles lors des émeutes antifrançaises de Lugano.

Sources et bibliographie

  • C. Caldelari, Bibliografia luganese del Settecento, 2002
  • F. Mena, Stamperie ai margini d'Italia, 2003, 73-108
  • A. Gili, éd., I protocolli dei governi provvisori di Lugano 1798-1800, 2 vol., 2010
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF