de fr it

JakobAndermatt

Portrait de Jakob Andermatt. Huile sur toile, vers 1660 (Museum Burg Zug).
Portrait de Jakob Andermatt. Huile sur toile, vers 1660 (Museum Burg Zug).

7.5.1602, 19.8.1680 à Baar, cath., de Baar et Lucerne. Fils de Johannes Andreas, conseiller et boursier communal, et d'Anna Müller. 1) Maria Schmid, de Baar, fille de Werner, 2) M. Euphemia Schön, veuve. A. laisse un journal qui révèle une bonne instruction. Paysan riche, il prit à ferme, en 1647 au plus tard, le domaine et les bains de Walterswil près de Baar, dont le couvent de Wettingen lui confia l'administration. En 1650, il acquit l'Obermühle à Baar, un ancien fief de l'abbaye de Kappel, dont il contesta sans succès les lods et ventes. Dès 1628 sans doute, il fit partie du Conseil de la ville et bailliage de Zoug. Juge, boursier communal. Bailli des Freie Ämter (1643-1645). Amman (1657-1659). Délégué à la Diète et aux conférences (1636, 1638-1640, 1642, 1645-1659 et 1661-1668), au renouvellement de la Ligue d'Or des cantons catholiques (1655), à la conclusion de la troisième paix nationale (1656) et au Défensional de Baden (1668), qui engendra rapidement de vives dissensions et auquel il s'opposa bientôt lui-même. Toutefois, même après sa mort, on lui reprocha d'être corrompu. Médiateur en mars 1653, lors de la guerre des Paysans, il reçut en récompense la bourgeoisie de Lucerne pour lui et ses descendants. Jeune encore, il entra au service d'Espagne, qu'il quitta avec le grade de capitaine, et se rengagea en 1657.

Sources et bibliographie

  • Tagebuch 1641-1651, 1657-1659, APar Baar
  • E. Zumbach, «Die zugerischen Ammänner und Landammänner», in Gfr., 85, 1930, 163-165
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF