de fr it

Chemilleret

Famille protestante, originaire de Montbéliard, établie en Erguël et à Bienne, dont elle obtient la bourgeoisie en 1657. Trois générations de C. maîtres de forges tiennent La Reuchenette de 1663 à 1741. Maître de forges, Abraham est aussi bailli d'Erguël de 1682 à 1688: ses fils lui succèdent, Pierre Isaïe de 1688 à 1706 et Marc Elie de 1706 à 1723. Ce dernier est destitué pour concussion, abus de pouvoir et prévarication. Mais son fils, François Isaïe (1694-1757), bailli d'Orvin et de la Montagne de Diesse, haut inspecteur de l'Erguël dès 1737, est anobli par l'empereur Charles VI en 1733. Au XVIIIe s., les C. embrassent des carrières militaires (service étranger) et politiques, à Bienne notamment. Ils s'allient aux familles nobles bernoises et neuchâteloises, comme les Thellung, Diesbach, Graffenried, Chambrier. Les C. s'éteignent avec François Rodolphe (1732-1790), fils de François Isaïe.

Sources et bibliographie

  • Ch. Simon, «Les baillis de l'Erguel sous l'ancien régime», in Actes SJE, 1902, 31-39
  • H. Joliat, «Les prévarications d'un bailli d'Erguel au XVIIIe s.», in Actes SJE, 1917, 76-95
  • H. Rennefahrt, Das Bergwerk in der Reuchenette, 1966 (surtout 1-56)
  • Th.R. Frêne; A. Bandelier et al., éd. Journal de ma vie, 5, 1993, 398