de fr it

Karl KasparKolin

Portrait sur un monument imaginaire. Lithographie tirée de la Zugerisches Neujahrsblatt für die Jugend und ihre Freunde de 1842, d'après un dessin de Wilhelm Moos (Bibliothèque nationale suisse).
Portrait sur un monument imaginaire. Lithographie tirée de la Zugerisches Neujahrsblatt für die Jugend und ihre Freunde de 1842, d'après un dessin de Wilhelm Moos (Bibliothèque nationale suisse). […]

1.4.1734 à Zoug, 9.2.1801 à Zoug, cath., de Zoug. Fils de Leodegar Anton (->). Paula Müller, fille de Beat Kaspar, marchand d'épices et capitaine. Après une scolarité à Zoug qui lui permit d'entrer à la chancellerie du prince-abbé de Muri en 1752 et avant de se rendre en 1756 en Italie pour y acquérir une formation commerciale, K. fonda avec son frère Franz Anton (->) et le vice-amman Franz Karl Roos une entreprise de filage de schappe à domicile. Plus tard, il reprit l'affaire à son compte, la développa et en tira des revenus confortables (la maison subsistera jusque dans les années 1820). La soie, peignée surtout à Engelberg, Gersau et Weggis, était filée principalement dans les communes des hauts du canton de Zoug. Major du pays en 1758, membre du Conseil de la ville (1764-1798), K. devint rapidement vice-amman du canton (1765-1767, 1770-1776, 1785-1787) et président de la ville de Zoug (1765-1766, puis à plusieurs reprises entre 1768 et 1786). Amman une première fois de 1767 à 1770, il fut élu en pleine seconde affaire des Durs et des Doux (Harten- und Lindenhandel); il contribua à l'apaisement du conflit en 1768. Après avoir été amman pour la seconde fois (1776-1779), K. fut bailli des Freie Ämter supérieurs jusqu'en 1781. Dernier banneret de Zoug (1792-1798), successeur de son frère qui lui légua aussi le château fort de Zoug. Membre de la Société helvétique (1768; président en 1769), il ne s'intéressait pas seulement à l'économie et à la politique. K. soutint en effet la vie théâtrale et musicale de sa ville et fut l'auteur et l'éditeur du premier numéro du Zuger Neujahrsblatt (1785/1786), qui se voulait éducatif. Dernier représentant mâle de sa famille.

Sources et bibliographie

  • E. Zumbach, «Die zugerischen Ammänner und Landammänner», in Gfr., 85, 1930; 87, 1932
  • P. Hoppe, «Der Rat der Stadt Zug im 18. Jahrhundert in seiner personellen Zusammensetzung und sozialen Struktur», in Tugium, 11, 1995, 97-129
  • R. Morosoli, «Karl Kaspar Kolin (1734-1801)», in Der Kanton Zug zwischen 1798 und 1850, vol. 1, 1998, 12-19
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF