de fr it

FerdinandNigg

27.11.1865 à Vaduz, 10.5.1949 à Vaduz, cath., de Balzers. Fils de Ferdinand, meunier, et d'Anna Rheinberger. Célibataire. Apprentissage de lithographe, dessinateur technique et autographe chez Orell Füssli à Zurich (1882-1886) et parallèlement auditeur à l'école des arts appliqués de Zurich. Lithographe chez Orell Füssli (1886-1895), puis formation complémentaire à Munich et Augsbourg. Graphiste et peintre à Berlin (1898-1903), N. réalisa ses premières tapisseries en 1902. Il enseigna les arts du livre et les travaux textiles à l'école des arts et métiers de Magdebourg (dès 1903, professeur en 1907), puis à celle de Cologne (1912-1931), où il donna aussi pour la première fois en Allemagne un cours sur les parements liturgiques. Dès 1903 au moins, il collabora avec les cofondateurs du Werkbund allemand (Hermann Muthesius, Peter Jessen, Peter Behrens). A sa retraite, il s'établit à Vaduz. Son œuvre où prédominent les motifs religieux, marquée par le recours aux techniques textiles, est fortement influencée par l'expressionnisme.

Sources et bibliographie

  • E. Kliemand, Ferdinand Nigg, 1985
  • DBAS, 783
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 27.11.1865 ✝︎ 10.5.1949

Suggestion de citation

Wanger, Harald: "Nigg, Ferdinand", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 06.08.2009, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/027016/2009-08-06/, consulté le 31.10.2020.