de fr it

Génie forestier

En Suisse, l'étude scientifique de la forêt a eu des précurseurs, dès la seconde moitié du XVIIIe s., au sein des sociétés économiques. La formation universitaire en ce domaine devait s'acquérir à l'étranger, en Allemagne surtout, jusqu'à l'ouverture en 1855 de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, qui comprit d'emblée une école forestière (appelée division VI jusqu'en 1998); des activités de recherches y sont menées par plusieurs chaires et instituts autonomes (sylviculture en 1943, microtechnique du bois en 1958, gestion forestière en 1960), réunis en 1979 dans l'institut (puis département) des sciences de la forêt et du bois, devenu en 1998 le département des sciences forestières (chaires d'aménagement forestier et de croissance des peuplements, technologie du bois, génie forestier, protection des forêts et dendrologie, sciences du bois, politique et économie forestières, sylviculture, protection de la nature et du paysage). Il a fusionné en 2004 avec le département des sciences naturelles de l'environnement en département des sciences de l'environnement. En 2003, on a commencé à remplacer le diplôme d'ingénieur par un système à deux degrés (bachelor et master), dont le premier se fonde sur un plan d'études commun à tous les départements réunis dans le nouveau Centre pour l'environnement et les ressources naturelles (environnement, sciences de la terre, agronomie et sciences alimentaires). La haute école suisse d'agriculture à Zollikofen (rattachée à la haute école spécialisée bernoise) a instauré en 2003 une formation en génie forestier. Des recherches sur le bois sont aussi conduites à l'EPF de Lausanne, ainsi qu'au Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherches (EMPA) à Dübendorf et, jusqu'en 2002, à Saint-Gall.

Pour compléter l'école forestière, on créa en 1885 à Zurich l'Institut central de recherches forestières (Institut fédéral de recherches forestières en 1933, à Birmensdorf en 1956), voué surtout à la recherche fondamentale. Après plusieurs agrandissements et remaniements, il absorba en 1988, dans le cadre de la réorganisation du Département fédéral de l'intérieur, l'Institut suisse pour l'étude de la neige et des avalanches de Davos-Weissfluhjoch, qui dépendait de la Direction fédérale des forêts. En 1989, il fut rebaptisé Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (FNP) et reçut un nouveau statut grâce à la loi de 1991 sur les EPF. Il possède une station à Lausanne (Antenne romande) et une autre à Bellinzone (Sottostazione sud delle Alpi). Tout comme le département des sciences forestières de l'EPF de Zurich, il est membre de l'International Union of Forestry Research Organizations (IUFRO), fondée en 1893.

Sources et bibliographie

  • H. Grossmann, «Naturforscher und Forstwirtschaft», in Journal forestier suisse, 97, 1946, 464-471
  • V. Kuonen, «125 Jahre forstliche Ausbildung an der ETH», in Journal forestier suisse, 131, 1980, 1025-1054
  • E. Wullschleger, «100 Jahre Eidgenössische Anstalt für das forstliche Versuchswesen 1885-1985», in Ann. de l'Inst. fédéral de recherches forestières, 61, 1985, cah. 1, 1-630