de fr it

HansStaub

Devant la crèche du quartier industriel de Zurich en 1931 (Fotostiftung Schweiz, Winterthour) © KEYSTONE.
Devant la crèche du quartier industriel de Zurich en 1931 (Fotostiftung Schweiz, Winterthour) © KEYSTONE. […]

10.9.1894 à Wetzikon (ZH), 27.5.1990 à Zollikon, prot., de Wädenswil. Fils de Johannes, instituteur, et de Martha Dettwyler. 1923 Lydia Wydler, fille de Jakob. Ecole industrielle de Wetzikon (1909- 1911), stage dans une ferme (1912), école d'agriculture du Strickhof à Zurich (1913-1914), mobilisation (1914-1918), apprentissage de sculpteur (1918-1919), stage de photographe, apprentissage de photographe de laboratoire à Melano et à Saint-Moritz (1921-1922). Héliographe et chef de l'imprimerie de la firme Escher, Wyss & Cie à Zurich (1923-1930). Photoreporter (1930-1941) pour la Zürcher Illustrierte, puis reporter militaire lors de son service actif et photoreporter pour différents journaux familiaux. Dans les années 1920, S. publia divers articles dans des revues de photographie, par exemple sur l'exposition Film und Foto de 1929. Comme photoreporter, il donna un visage à la vie sociale de son temps et rassembla, au sein de l'équipe d'Arnold Kübler, à la Zürcher Illustrierte, une documentation remarquable sur la vie quotidienne en Suisse dans les années 1930, s'intéressant en particulier au chômage, à la vie dans la rue, aux joies, petites et grandes, des loisirs, aux enfants et aux personnes âgées, au peuple et aux célébrités. S. écrivait souvent lui-même les légendes de ses photos. A l'armée, il réalisa des reportages sur l'économie de guerre, par exemple sur le plan Wahlen et sa mise en œuvre sur le pré du Sechseläute à Zurich (1942-1943), ainsi que sur l'occupation des frontières et la fuite de civils et soldats allemands à la frontière bâloise (novembre 1944). Il réalisa pour la Croix-Rouge des images d'une grande sensibilité, qui illustraient le destin des internés et fugitifs. Après-guerre, son œuvre tomba peu à peu dans l'oubli. Elle fut redécouverte dès 1974 (exposition collective), grâce à un film de Richard Dindo (1978) et à une exposition du Kunsthaus de Zurich (1984). Dans les dernières années de sa vie, S. se montra à la fois étonné et reconnaissant face au succès inattendu que rencontrait son travail.

Sources et bibliographie

  • Schweizer Alltag: eine Photochronik 1930-1945, 1984 (avec liste des œuvres, 21990)
Liens
Autres liens
SIKART
fotoCH
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 10.9.1894 ✝︎ 27.5.1990

Suggestion de citation

Magnaguagno, Guido: "Staub, Hans", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 23.02.2012, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/027234/2012-02-23/, consulté le 12.05.2021.