de fr it

AngelicaBalabanoff

La militante prend la parole au congrès du parti socialiste ouvrier italien à Milan le 23 janvier 1949 (Archivio Farabola, Milan) © Musée national suisse, Actualités suisses Lausanne.
La militante prend la parole au congrès du parti socialiste ouvrier italien à Milan le 23 janvier 1949 (Archivio Farabola, Milan) © Musée national suisse, Actualités suisses Lausanne.

7.5.1878 à Tchernigov (Russie, auj. Ukraine), 25.11.1965 à Rome, isr., Russe. Fille d'Isaac, riche propriétaire foncier et commerçant. Etudes à l'Université nouvelle de Bruxelles (doctorat en philosophie et littérature), à Leipzig et Berlin (économie politique), à Rome (1900: cours d'Antonio Labriola), où B. fréquente les milieux socialistes. Emue par le sort des immigrés italiens en Suisse, elle tient bénévolement le secrétariat ouvrier de Saint-Gall (1902-1904). Avec Maria Giudice, elle rédige Su Compagne! hebdomadaire socialiste pour les femmes (Lugano, 1904-1906). Membre de la commission exécutive du Parti socialiste italien en Suisse (1904). En Italie depuis 1906, B. est membre du secrétariat du Parti socialiste italien et du Bureau socialiste international. Elle s'établit à Berne en 1915, y organise la conférence internationale des femmes socialistes (mars), participe aux travaux préparatoires et aux conférences de Zimmerwald (mouvement de Zimmerwald) et de Kiental. Membre du comité de la Commission socialiste internationale, B. part pour la Russie en mai 1917. Secrétaire de la Commission socialiste internationale à Stockholm. Elle adhère au parti bolchevik. Elle arrive en Suisse comme représentante de la Croix-Rouge russe le 16 octobre 1918. Ses contacts avec la mission Berzine, avec les socialistes italiens et avec la gauche zimmerwaldienne entraînent les plaintes de la France et son expulsion le 12 novembre, avec la mission Berzine. Secrétaire de la IIIe Internationale, B. rompt en 1921 avec les bolcheviks, quitte la Russie pour l'Italie. Elle vit en France, puis aux Etats-Unis de 1926 à la Libération. Elle deviendra après 1947 l'une des têtes de l'aile social-démocrate du parti socialiste italien.

Sources et bibliographie

  • Archiv für die Geschichte des Sozialismus und der Arbeiterbewegung, 1926, 1-176
  • Ma vie de rebelle, 1981 (angl. 31968
  • A.E. Senn, The Russian Revolution in Switzerland 1914-1917, 1971
  • A.E. Senn, Diplomacy and Revolution, 1974
  • DBI, 34, 224-229
  • H.M. Habicht, Probleme der italienischen Fremdarbeiter im Kanton St. Gallen vor dem 1. Weltkrieg, 1977
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 7.5.1878 ✝︎ 25.11.1965