de fr it

Rotation triennale

La rotation triennale désigne un système agricole dans lequel deux années de culture de céréales (d'hiver et d'été) sont suivies d'une année de jachère (Systèmes culturaux). Apparu probablement à l'époque carolingienne, il se répandit dans une bonne partie de l'Europe centrale, septentrionale et orientale avant la modernisation de l'agriculture. Ce type de culture pouvait être pratiqué sur une exploitation individuelle. Dès le Moyen Age classique, des villages entiers furent organisés selon ce système. La terre cultivée était divisée en trois soles regroupant des champs appartenant à plusieurs paysans. Sur la première étaient semées des céréales d'hiver (épeautre, blé), sur la deuxième, des céréales d'été (avoine, seigle), tandis que la troisième restait en jachère. Le changement se faisait annuellement (Assolement).

Depuis les années 1970, l'historiographie suisse de langue allemande réserve, presque exclusivement, le terme de Dreizelgenwirtschaft (assolement triennal) au système imposé de rotation des communautés rurales, tandis qu'elle utilise le terme de Dreifelderwirtschaft (rotation triennale) dans un sens plus large, sans considération du mode d'exploitation villageois ou individuel (la distinction est moins catégorique en Allemagne et semble inexistante dans l'aire italophone). Lorsque la jachère est remplacée par des ray-grass, des légumineuses, des pommes de terre ou autres cultures de ce genre, on parle d'assolement triennal ou de rotation triennale améliorée, qui représente un premier pas vers l'assolement continu. Outre les notions de rotation ou d'assolement triennal, la géographie agraire de langue allemande utilise celle de Gewannflursystem, c'est-à-dire de parcellaire en lanières, composé d'étroites bandes de terre labourées parallèlement (paysage d'openfields).

Sources et bibliographie

  • J. Brühwiler, Der Zerfall der Dreizelgenwirtschaft im schweizerischen Mittelland, 1975, surtout 33
  • Ch. Pfister, Klimageschichte der Schweiz 1525-1860, 2, 31988, 25-30