de fr it

Rotation culturale

La rotation culturale (ley farming anglais, Feldgraswirtschaft allemand) constitue un système cultural faisant alterner, sur la même parcelle, culture des céréales et production fourragère (agriculture mixte, Feld soit champ labouré, Gras soit herbe). Du fait de sa supériorité sur la culture continue dans les régions d'abondantes précipitations, ce type de rotation était déjà largement répandu dans le Jura, les régions élevées du Plateau, les Préalpes et les Alpes, avant la révolution agricole du XIXe s.

La rotation culturale spontanée, soit l'alternance irrégulière des céréales et du fourrage vert, était déjà pratiquée à l'époque préhistorique. Soumise à régulation, elle connut diverses formes au Moyen Age et à l'époque moderne: on la trouve dans les régions d'habitat dispersé, aux parcelles closes, et sa diffusion semble avoir bénéficié du développement des exploitations individuelles aux XVe-XVIe s. (Egartenwirtschaft). Dans les régions d'habitat groupé (Village), elle était pratiquée sur les marges des biens communaux. Dans les systèmes à assolement forcé, les enclosures donnèrent naissance, entre le XVIe et le XVIIIe s., à des parcelles exploitées sans jachère, avec céréaliculture intensive et de haut rendement. Dans les vallées du Plateau central, les terres à cultures alternées étaient inondées pendant la période de croissance des herbages (Wässermatten). Les agronomes du XVIIIe s. recommandèrent le passage de la rotation triennale à la rotation culturale en faisant valoir le plus grand rendement à l'unité de surface et les moindres travaux de labours. La diffusion de l'assolement continu fit perdre sa signification à la rotation culturale fondée sur la mise en herbe naturelle.

Sources et bibliographie

  • B. Andreae, Die Feldgraswirtschaft in Westeuropa, 1955
  • A. Schluchter, éd., Les zones agraires de la Suisse d'autrefois, 1989
  • J. Mathieu, Eine Agrargeschichte der inneren Alpen, 1992
  • A. Ineichen, Innovative Bauern, 1996