de fr it

Orge

L'orge (Hordeum), notamment l'orge commune (Hordeum vulgare), est l'une des céréales les plus anciennement cultivées (Céréaliculture). Moins fréquente que le froment, elle est attestée sur le territoire suisse dès le Néolithique (VIe-Ve millénaires av. J.-C.) et dans les zones alpestres (à Savognin-Padnal par exemple) dès l'âge du Bronze. Supportant la sécheresse, s'accommodant mieux que le froment de sols pauvres et arrivant plus vite à maturité (en 60 jours env. pour l'orge d'été), elle est appropriée aux climats rudes, aux régions à courte période de végétation et aux terres d'altitude. Sur le Plateau, on la semait sur la sole d'été, seule ou en association avec du millet et des légumineuses (Méteil). Elle servait surtout à préparer des bouillies ou de la bière (Brasserie). Jusqu'à la fin des années 1930, la part de l'orge resta minoritaire, mais stable, parmi les principales céréales. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le plan Wahlen la promut comme plante fourragère (part de l'orge dans l'ensemble des surfaces céréalières en Suisse: 6% vers 1885, 6% en 1911-1920, 5% en 1931-1940, 14% en 1941-1950, 14% en 1961-1970, 25% en 1971-1980, 27% en 1995). Ce rôle se renforça avec le développement de l'élevage porcin à partir des années 1960; dans les années 1980 et 1990, l'orge occupait plus de la moitié de la surface consacrée aux céréales fourragères (61% en 1985, 57% en 1995).

Sources et bibliographie

  • H. Brugger, Die schweizerische Landwirtschaft 1914-1980, 1985, 158-160
  • Statistiques et évaluations concernant l'agriculture et l'alimentation, 1985-1997
  • C. Brombacher et al., «Mittelalterliche Kulturpflanzen aus der Schweiz und Liechtenstein», in Environment and Subsistence in Medieval Europe, éd. G. De Boe, F. Verhaeghe, 1997, 95-111
  • C. Brombacher, S. Jacomet, «Ackerbau, Sammelwirtschaft und Umwelt», in Ökonomie und Ökologie neolithischer und bronzezeitlicher Ufersiedlungen am Zürichsee, 1997