de fr it

Avoine

L'avoine (Avena sativa L.) est une plante de culture secondaire, c'est-à-dire qu'elle fut sélectionnée, sans doute en divers endroits d'Europe et d'Asie tempérée, parmi les mauvaises herbes des champs de céréales (Céréaliculture). Elle est en Suisse la seule céréale à gros fruits dont les grains ne sont pas dressés en épis mais pendent en panicules. La balle est très solide; pour l'alimentation humaine, le grain doit en être détaché dans des moulins spéciaux. En Europe centrale, l'avoine n'est pas panifiée, mais consommée sous forme de gruau ou de bouillie. Elle est de haute valeur nutritive, contenant par exemple plus d'acides aminés essentiels que les autres céréales. Les sols maigres lui conviennent mais, sensible au gel, elle est chez nous une culture d'été. Dès l'âge du Bronze, on récoltait régulièrement, en Suisse comme en Europe, de l'avoine sauvage. Les premiers témoins indubitables de sa culture remontent à l'âge du Fer (Terres ouvertes). On a retrouvé sur territoire suisse des silos à avoine d'époque romaine. La production médiévale est attestée, elle fut parfois importante, notamment dès l'an mille. Sur le Plateau et au nord-ouest de la Suisse, l'avoine était la principale céréale d'été dans le système de l'Assolement triennal. Il est difficile d'estimer, à partir de l'archéobotanique et des sources écrites, en quels lieux et quelles proportions l'avoine servait avant le XVIe s. à l'alimentation des chevaux.

Sources et bibliographie

  • U. Körber-Grohne, Nutzpflanzen in Deutschland, 1987
  • M. Rösch et al., «The History of Cereals in the Region of the Former Duchy of Swabia from the Roman to the Post-medieval Period», in Vegetation History and Archaeobotany, 1, 1992, 193-231
  • D. Zohary, M. Hopf, Domestication of Plants in the Old World, 1994 (32000)
  • S. Jacomet, S. Karg, «Ackerbau und Umwelt der Seeufersiedlungen von Zug-Sumpf und ihre Bedeutung im Rahmen der mitteleuropäischen Spätbronzezeit. Ergebnisse archäobotanischer Untersuchungen», in Zug-Sumpf, 1, 1996, 199-303