de fr it

duPlessis-Gouret

Famille remontant à Guillaume, attesté vers 1220 en Aquitaine, au service du roi d'Angleterre. Le patronyme de P. n'apparaît dans les actes qu'après 1658 à la suite du mariage de Guillaume Gouret et Jeanne du Plessis (en Saint-Dolay, Bretagne) et est remplacé le plus souvent par celui de Duplessis au XVIIIe s. Installés dans le Pays de Vaud avec Elie (->), reçu bourgeois de Romainmôtier entre 1643 et 1648, les P. acquirent également les bourgeoisies d'Yverdon (1651), Berne (1672), Orbe (1700) et Morges (1760), et s'allièrent à de nombreuses familles vaudoises, notamment avant 1800, les Correvon, Crinsoz, Darbonnier, Mestral et Pesmes. La très grande majorité des P., en contact avec les princes et les rois, fut jusqu'au XIXe s. vouée à la carrière militaire. Depuis, on les retrouve dans les professions de l'agronomie, de la médecine (Georges, ->) et de la politique (Théodore, ->). La famille eut de larges possessions en France, dans les Provinces-Unies, en Brandebourg et, à des titres et à des moments différents, dans le Pays de Vaud (Bavois, Bussy, Chardonney-sur-Morges, Corcelles-sur-Chavornay, Cossonay, Daillens, Ependes, Oppens, La Robellaz, Viez, Yens). Le nom de P. reste profondément lié, entre 1637 et le deuxième quart du XIXe s., à l'exploitation du canal d'Entreroches, dont Elie fut le concepteur. La famille existait toujours au début du XXIe s.

Sources et bibliographie

  • Recueil de généal. vaudoises, 3, 1950, 291-325