de fr it

Johann SebastianClais

28.2.1742 à Hausen (margraviat de Bade, auj. D), 24.9.1809 à Winterthour, prot., reçu bourgeois de Winterthour en 1793. Fils de Johann Sebastian, aubergiste et maître d'école. Maria Ursula Sulzer. Apprentissage chez l'horloger et ciseleur Hans Conrad Pfenninger à Zurich. En 1770, le margrave de Bade Charles Frédéric envoya C. en Angleterre parfaire sa formation. Il y construisit un peson que la Royal Society for the Encouragement of Arts, Manufactures and Commerce distingua en 1772. En voyageant à travers l'Angleterre, il acquit des connaissances en constructions mécanique, hydraulique et minière. Il devint mécanicien de la cour de Bade (1772) et maître de physique à Karlsruhe (1773). En 1774, il fonda une fabrique d'acier anglais. Après divers échecs, il émigra à Winterthour (1777), où il développa de nouveaux appareils à distiller dans le laboratoire de Johann Heinrich Ziegler. Il réorganisa en 1778 les mines de fer de Biberstein, près d'Aarau, à la demande du gouvernement bernois, et la houillère de Käpfnach près de Zurich, en 1783-1784, à la demande du gouvernement zurichois. A Elgg, il fit extraire du charbon pour le laboratoire de Winterthour. De 1779 à 1781, il dirigea la construction aux salines d'Aigle et Bex de nouvelles chaudières d'évaporation moins gourmandes en combustible. Il rénova aussi les installations des salines bavaroises de Bad Reichenhall et de Traunstein (1782-1786). Devenu commissaire général des salines de Bavière en 1785, il réorganisa toute la production et, enrichi par le commerce du sel avec les cantons suisses, il se bâtit le domaine de Lindengut à Winterthour. Pendant l'occupation française de la Suisse, il continua de vendre du sel par le truchement de la firme Clais & Co. En 1804-1806, il réorganisa la saline lorraine de Dieuze jusqu'à ce qu'un conflit avec le personnel l'obligeât à retourner en Suisse. Dans ses dernières années, il fonda diverses maisons de commerce et de production.

Sources et bibliographie

  • Fonds, BV Winterthour
  • G. et R. Gamper-Schlund, Johann Sebastian Clais, 1990
  • G. et R. Gamper-Schlund, «Johann Sebastian Clais (1742-1809)», in Salz macht Geschichte, éd. M. Treml, 1995, 172-178
  • J. Lindner, Eine Studie über die von Johann Heinrich Lambert und John Sebastian Clais erfundenen Neigungswagen, 1998
  • G. et R. Gamper, «Imitation und Innovation», in Industriekultur in Winterthur, 2002, 60-66
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 28.2.1742 ✝︎ 24.9.1809
Indexation thématique
Economie et professions