de fr it

Jean Baptiste JérômeBrémond

8.2.1760 à Brignoles (Provence), 10.11.1839 à La Tour-de-Peilz, cath., Français, de Progens (1829). Fils de Jean-François, marchand de drap, et d'Elisabeth Saurin. 1804 Salomé Lugeon, fille de Jacques-Salomon. B., négociant en peaux, monte à Paris peu avant 1789 pour défendre les intérêts de sa corporation provençale. Happé par la Révolution, il publie plusieurs brochures sur les finances publiques, se compromet avec les milieux proches de la cour et émigre en 1792. Etabli à La Neuveville en 1795, il y fait le commerce de diamants, puis achète les mines et la verrerie de Semsales, où il s'installe en 1796. L'entreprise, fondée en 1776 et peu prospère jusque-là, connaît dès lors un essor réjouissant pour devenir, sous la République helvétique, la principale verrerie de Suisse, grâce notamment à l'appui du Directoire helvétique et de l'administration centrale des mines (1800-1803). Consul du Portugal en Suisse, il s'intéresse en 1817 à la fondation de Nova Friburgo (Brésil), où il espère implanter une verrerie et une vacherie; en effet, B. est aussi un agronome distingué, propriétaire d'un vaste domaine attenant à son entreprise. Dans les années 1830, il soutient financièrement le faux dauphin Naundorff.

Sources et bibliographie

  • G. Bourgoin, «Jean-Baptiste-Jérôme Bremond et l'affaire Naundorff», in Ann. frib., 33, 1945; 34/35, 1946/1947
  • G. Andrey, Les émigrés français dans le canton de Fribourg (1789-1815), 1972
  • M. Nicoulin, La genèse de Nova Friburgo, 1973 (51988)
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 8.2.1760 ✝︎ 10.11.1839
Indexation thématique
Economie et professions