de fr it

Johann HeinrichMayr

3.5.1768 à Arbon, 27.10.1838 à Arbon, prot., d'Arbon. Fils de Leodegarius, teinturier et blanchisseur, et de Maria Ursula Sulzer. Célibataire. D'une famille de commerçants et de politiciens d'Arbon. Internats à Lörrach, Vevey et Aarau, stage commercial à Milan et Gênes. A la mort de son père en 1791, M. reprit l'entreprise de la Bleiche près d'Arbon (fabrication d'indiennes, blanchisserie, exploitation agricole), ouvrit en 1797 une teinturerie à Rheineck et, en 1805, une fabrique d'impression sur soie à Mulhouse; il employa par moments plus de cent ouvriers. Associé de son oncle David et de son neveu Michael dans une usine textile, il fit comme tel plusieurs voyages en Italie. Après la mort de sa mère en 1809, M. se retira des affaires. De retour d'un voyage au Proche-Orient (1812-1813), il publia ses expériences (1815) et fut surnommé Mayr du Liban. Il eut des contacts, notamment épistoliers, avec Angelika Kauffmann, David Hess, Johann Conrad Appenzeller, Johannes Büel et Thomas Bornhauser. Par principe, il refusa toute élection à des charges politiques et n'adhéra à aucune association. Il concevait sa vie comme un pèlerinage sur cette terre et ses idées religieuses le rapprochaient des frères moraves. Par intermittence, il tint un journal intime et laissa une autobiographie manuscrite de plus de 3000 pages, intitulée Meine Lebenswanderung.

Sources et bibliographie

  • Schicksale eines Schweizers während seiner Reise nach Jerusalem und dem Libanon, 1815 (21820)
  • Englands Industrie, und die mechanischen Erfindungen, sind das Verderben des festen Landes, 1817
  • K. Buenzli, éd., Meine Lebenswanderung, 4 vol., 2010
  • Fonds, StATG
  • G. Büeler, «Johann Heinrich Mayr auf der Bleiche bei Arbon (1768-1838)», in ThBeitr., 49, 1909, 1-63
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 3.5.1768 ✝︎ 27.10.1838
Indexation thématique
Economie et professions