de fr it

Consul

Dans les régions qui formeront l'actuel canton du Tessin, le terme de consul (console) désignait l'organe exécutif et représentatif de la communauté de voisinage (vicinanza), voire de communautés inférieures. La fonction fut instituée au XIIe s. et subsista jusqu'à la naissance du canton. Elle répondait à la nécessité de confier à quelques communiers ou vicini (seuls éligibles) le contrôle et la gestion de certains aspects de la vie de la commune. Le nombre de consuls, élus chaque année par l'assemblée des communiers (exceptionnellement par les consuls de l'année précédente) et rééligibles, pouvait varier entre un et quatre mais se limitait généralement à deux. Le consul convoquait et présidait l'assemblée des communiers. Il veillait au respect des statuts et règlements et sanctionnait les infractions. Dans certains cas, il surveillait la gestion des finances et des biens communaux et en rendait compte devant l'assemblée. Il représentait la communauté. Il avait le pouvoir de contracter. Il organisait les travaux d'intérêt public (entretien des routes, contrôle des mesures d'hygiène, garde des champs), souvent avec l'aide d'autres fonctionnaires communaux.

Sources et bibliographie

  • Meyer, Blenio, 36-41
  • Schaefer, Sottocenere, 275-284