de fr it

EmileGautier

Portrait équestre posthume du colonel et astronome genevois devant sa villa à Cologny, 1892. Pointe-sèche d'Evert van Muyden (Bibliothèque nationale suisse).
Portrait équestre posthume du colonel et astronome genevois devant sa villa à Cologny, 1892. Pointe-sèche d'Evert van Muyden (Bibliothèque nationale suisse).

18.4.1822 à Genève, 24.2.1891 à Genève, prot. (Société évangélique), de Genève. Fils de Charles et d'Adélaïde Boissier. Frère d'Adolphe (->), neveu d'Alfred (->). 1849 Victorine Sarrasin, fille de Jean-Louis, propriétaire. Etudes à Genève, puis à Paris (1844-1845) chez François Arago et Urbain Le Verrier. G. est associé aux travaux de ce dernier qui aboutissent à la découverte de la planète Neptune en 1846. Doctorat ès sciences à Genève en 1847. G. fait d'abord une carrière militaire. Instructeur des troupes du génie à l'école de Thoune (1856-1861), colonel EMG en 1865, il s'occupe de la garde des frontières durant la guerre franco-allemande de 1870-1871. Il est aussi maire de Cologny (1863-1878) et député au Grand Conseil genevois (1868-1870). Mais, en 1860, il accompagne Le Verrier en Espagne pour observer une éclipse totale du Soleil, ce qui oriente son intérêt vers les protubérances solaires. Il participe en 1864, 1865 et 1870 à des travaux de spectroscopie astronomique en Italie et il publie en 1871 les premiers dessins de protubérances solaires observées avec un spectroscope installé à l'observatoire de Genève, institution qu'il dirige de 1883 à 1889. Il développe le service chronométrique et améliore les équipements météorologiques de l'observatoire de Genève et de la station du Grand-Saint-Bernard.

Sources et bibliographie

  • Livre du Recteur, 3, 427-428
  • L'Etat-major, 3, 69-70
  • J. Trembley, éd., Les savants genevois dans l'Europe intellectuelle, 1987, 78-86, 406
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF