de fr it

Ottoniens

Dynastie de nobles originaires de Saxe, appelés aussi Liudolfinger d'après leur ancêtre, le comte Liudolf (✝︎866). Les O. devinrent rois de Germanie (Francie orientale) en 919 avec Henri Ier l'Oiseleur, jusqu'alors duc de Saxe. Le prénom Otton, porté par plusieurs rois issus de la famille, est à l'origine de cette appellation. La dynastie s'éteignit en ligne masculine avec l'empereur Henri II (✝︎1024). Sous le règne des O., la formation du Saint Empire romain germanique fut pratiquement achevée et la Saxe entra dans sa sphère d'influence culturelle. Le pouvoir et l'influence des O. furent aussi perceptibles dans le duché de Souabe, qui leur appartint par moments (ducs Liudolf, 950-953, et Otton Ier, 973-982). Leur politique impériale accorda un large soutien aux évêchés de Coire et de Constance, ainsi qu'aux couvents de Saint-Gall, Säckingen et d'Einsiedeln (couvent d'Empire en 947). Il s'agissait entre autres de garantir l'accès aux cols des Grisons. A partir d'Otton Ier le Grand, les O. détinrent de fait le pouvoir sur le second royaume de Bourgogne et y exerçèrent leur domination indirectement, surtout par l'intermédiaire de l'impératrice Adélaïde. Les abbayes qu'elle fonda (Payerne, Genève) donnèrent aussi aux O. un accès au Grand-Saint-Bernard, leur permettant ainsi de contrer les intérêts de la Francie occidentale en Italie. Adélaïde et les autres femmes de la maison ottonienne jouèrent un rôle déterminant dans l'essor de la science et des arts. Ainsi, le mariage d'Otton II avec Théophano permit à l'Occident d'accéder à la culture byzantine.

Sources et bibliographie

  • H. Keller, Kloster Einsiedeln im ottonischen Schwaben, 1964
  • HbSG, 1, 136-146
  • P. Corbet, Les saints ottoniens, 1986
  • LexMA, 6, 1588-1589
  • H. Keller, Ottonische Herrschaft, 2002
  • A. Zettler, Geschichte des Herzogtums Schwaben, 2003
  • G. Althoff, Die Ottonen, 22005
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF