de fr it

Jean II deBubenberg

vers 1290, vers 1369 . Fils d'Ulrich, avoyer de Berne, et d'Elisabeth von Buchegg (?). 1) Anna von Grünenberg, 2) Nicola von Maggenberg. Chevalier. B. acheta la seigneurie de Spiez à Johann von Strättligen en 1338. Membre du Conseil dès 1316, avoyer à sept reprises entre 1319 et 1334 et sans interruption de 1338 à 1350, il dirigea la politique bernoise pendant les guerres de Gümmenen, des Weissenburg et de Laupen, ainsi que dans les années difficiles qui suivirent: accords de paix avec l'Autriche, Fribourg, les Kibourg et la noblesse de Suisse occidentale, renouvellement des alliances avec les Waldstätten, la confédération bourguignonne, Fribourg, l'Autriche et la Savoie. En 1350, B. ne fut pas réélu, en raison de ses attitudes dictatoriales, de tensions internes entre la noblesse et les notables bourgeois, et de la consolidation du pouvoir des villes-Etats entraînant le recul progressif du pouvoir personnel héréditaire (cf. le cas des Attinghausen, Brun, Hunwil). Qu'il ait été renversé et banni pour corruption (chronique de Konrad Justinger) est à exclure: B. resta conseiller après 1350 et vendit le barrage de l'Aar à la ville en 1360. Selon Justinger, des troubles populaires auraient été à l'origine du retour des B. à la fonction d'avoyer en 1364. B. fut sans aucun doute l'homme politique bernois le plus important, et en même temps le plus ambigu, du milieu du XIVe s.

Sources et bibliographie

  • E. Bärtschi, «Die Stadt Bern im Jahr 1353», in AHVB, 42, 1954, 108-118
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Appartenance familiale
Dates biographiques ∗︎ vers 1290 ✝︎ vers 1369

Suggestion de citation

Martin Zahnd, Urs: "Bubenberg, Jean II de", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 27.01.2003, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/029267/2003-01-27/, consulté le 09.05.2021.