de fr it

JohannesRauschenbach

27.1.1815 à Schaffhouse, 10.3.1881 à Schaffhouse, prot., de Schaffhouse. Fils de Johann Heinrich, marchand de denrées coloniales. 1844 Maria Barbara Vogel, fille de Johann Conrad, peintre et serrurier. Ecoles primaire, réale et latine à Schaffhouse, apprentissage de mécanicien à Zurich, puis perfectionnement à Berne et Dijon. En 1842, R. fonda à Schaffhouse son atelier mécanique et une fabrique de moulins (avec une fonderie en 1872). Membre du législatif de la ville de Schaffhouse (1858-1881), du parlement cantonal (1867-1876 et 1878-1880), de la commission municipale des bâtiments (1866-1872) et de la Constituante (1873-1876). R. fut un pionnier dans la fabrication d'outils et de machines agricoles, notamment dès 1846 de batteuses, qu'il vendit dans toute l'Europe. Très tôt, il perçut l'importance du potentiel énergétique du Rhin pour l'industrialisation de Schaffhouse: il fut membre du comité d'évaluation, puis de la direction de la Société de l'usine hydraulique. Il créa avec son frère Conrad une fabrique de pointes de Paris et d'ouate en 1847. En 1879, il racheta la manufacture horlogère IWC de Schaffhouse, alors en faillite, et la rendit florissante. La même année, R. contribua généreusement à l'installation d'un orgue dans l'église Saint-Jean de la ville. A l'origine de la fondation de l'Union des arts et métiers en 1881, R. était le citoyen le plus riche de Schaffhouse à sa mort.

Sources et bibliographie

  • Fonds, AV Schaffhouse
  • R. Traupel, Die industrielle Entwicklung des Kantons Schaffhausen, 1942, 167-169
  • SchBeitr., 34, 1957, 16-21
  • Schaffhauser Mappe, 56, 1988, 61-62
  • SchaffGesch., 1, 320
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 27.1.1815 ✝︎ 10.3.1881
Indexation thématique
Economie et professions