de fr it

Sallmann

Famille protestante qui acquit la bourgeoisie d'Amriswil en 1857. Joseph (->), fabricant de bas, quitta la Saxe en mai 1849 pour des raisons politiques, trouva refuge en Suisse et fonda à Amriswil la fabrique de tricots (bas et gants) Jos. Sallmann - Fabrikation von Strumpfwaren & Handschuhen (ISA Sallmann AG dès 1960). Ses successeurs à la direction de l'entreprise furent son fils Ernst Josef (1843-1899), ses petits-fils Josef (1872-1824) et Oskar (1886-1947), ainsi que Robert (->) et Andreas (1956) depuis 1990. Suivant l'exemple de Joseph, qui avait envoyé ses fils en apprentissage chez des parents à Limbach (Saxe), plusieurs S. fréquentèrent l'école de tricot de cette ville, se formèrent au technicum de Reutlingen (Wurtemberg), spécialisé dans le secteur textile, ou effectuèrent des stages aux Etats-Unis. Considérés comme des pionniers de l'économie grâce à leur fabrique, les S. introduisirent la mécanisation (par exemple les tricoteuses mécaniques circulaires) et la production de vêtements pour dames et de sous-vêtements pour hommes. En 2006, la firme comptait soixante employés et son chiffre d'affaires atteignait 27 millions de francs. Vers 1900, les fils de Joseph, Ernst Otto (1845-1908) et Jean (1849-1926), dirigèrent d'abord des filiales de l'usine à Oberstaad (Öhningen) et à Constance, puis leurs propres entreprises. Les plus jeunes fils de Joseph, Robert (1855-1899) et Hermann (1856-1930), débutèrent par la fabrication de tricots à Altnau en 1883 avant de fonder l'usine Hermann Sallmann & Cie, société anonyme de 1931 à 1960. Hermann acquit à Baveno (Piémont) une manufacture de cardage que son fils Hugo dirigea jusqu'en 1970. Ernst Walter (1877-1934), fils d'Ernst Josef, fonda la fabrique de filets Sallmann-Fehr à Tägerwilen en 1910, vendue par la famille en 1982 et recréée en 2001 sous le nom de Sallmann-Fehr AG. Les S. occupèrent en outre des charges dans les conseils de communes et siégèrent au Grand Conseil thurgovien dans les rangs du parti radical (Josef, 1908-1920; Robert, 1972-1980; Andreas 2004-2009).

Sources et bibliographie

  • S. Länzlinger et al., Amriswil, 1999, 200-223
  • R. Sallmann, Joseph Sallmann 1823-1871, 1999
  • Thurgauer Zeitung, 7.11.2006; 6.6.2007