de fr it

LudwigGsell

entre 1420 et 1430 à Fribourg-en-Brisgau, peu après 1503 à Bâle (?). Mentionné pour la première fois en 1455 à Zurich, où il fut maître monnayeur jusqu'en 1464, G. fut aussi responsable dès 1459 (depuis Zurich?) de l'atelier monétaire impérial à Bâle (frappe des florins d'or), puis il dirigea les ateliers de la ville de Bâle et de plusieurs membres du Rappenmünzbund, alliance monétaire dont il fit partie en tout cas jusqu'en 1481. Coaccusé en 1475 à Bâle pour infraction aux statuts de la corporation de l'Ours (monnayeurs) et mélange de bonne et mauvaise monnaie, il fut condamné à une amende de 500 florins du Rhin, mais ne perdit pas sa charge. Il apparaît comme responsable de l'atelier monétaire de Fribourg en 1464, de celui de Soleure de 1480 à 1484 (peut-être déjà en 1469, sous le prénom de Lienhard). Après avoir brièvement prêté main-forte à l'atelier monétaire de Berne en 1474 et 1484, il fut appelé dans cette ville en 1492; il y introduisit le batz nominal et y frappa les premiers thalers suisses. Licencié en juin 1496, il travailla en hiver 1499 à l'atelier monétaire de Soleure et reprit ses activités à Zurich en 1500. De 1479 à sa mort, il exploita à Bâle l'auberge zum Goldenen Storchen. En 1482, il est mentionné comme copropriétaire de la mine de plomb de Goppenstein en Valais. Il fut le plus grand maître monnayeur de son temps.

Sources et bibliographie

  • H.-U. Geiger, Der Beginn der Gold- und Dickmünzenprägung in Bern, 1968
  • R. Kunzmann, Die Münzmeister der Schweiz, 1987
En bref
Dates biographiques ∗︎ entre 1420 et 1430 ✝︎ peu après 1503
Indexation thématique
Economie et professions