de fr it

William-HenriSchopfer

8.5.1900 à Yverdon, 19.6.1962 à Berne, prot., de Lauenen et Genève. Fils d'Henri-Louis, contremaître, et d'Adèle-Elisabeth Hofer. 1927 Fernande Barraud, fille de François Marc. Etudes de biologie à Genève (chez le botaniste Robert Chodat) et à Paris, de physiologie des plantes à Berlin (chez Hans Kniep), doctorat à Genève (1928), habilitation (1929). Maître au collège de Genève, puis professeur ordinaire de botanique et de biologie générale, directeur de l'institut et du jardin botaniques de l'université de Berne (1933-1962), doyen (1941-1942), recteur (1948-1949). S. présida la Société suisse de microbiologie (1942-1943) et la Société suisse d'histoire de la médecine et des sciences naturelles (1947-1961). Il ouvrit le champ de la recherche sur les vitamines chez les plantes. Son point de départ fut la constatation qu'un champignon mycélien (Phycomyces) ne pousse pas sans vitamine B1 et il découvrit les synthèses partielles et les antagonistes de celle-ci. Son dernier travail fut consacré à l'inositol ou inosite. L'institut de botanique acquit une réputation mondiale sous la direction de S. Docteur honoris causa de quatre universités françaises.

Sources et bibliographie

  • Mitteilungen der Naturforschenden Gesellschaft in Bern, 20, 1962, 83-102 (avec liste des œuvres)
  • Actes SHSN, 142, 1962, 252-258
  • DSB, 12, 207-208
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 8.5.1900 ✝︎ 19.6.1962

Suggestion de citation

Balmer, Heinz: "Schopfer, William-Henri", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 25.08.2011, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/032098/2011-08-25/, consulté le 19.09.2020.