de fr it

Chiffelle

Originaire de Nods où elle est citée dès le début du XVe s., la famille se ramifia dans toute la région, notamment à La Neuveville dès la fin du XVe s. et au début du XVIe s. Une autre branche s'établit à Bienne, puis à Berne à la fin du XVIe s. Elle germanisa son nom en Tschiffeli et tint une place en vue dans le patriciat. A La Neuveville, les C. donnèrent, au XVIIIe s. surtout, de nombreux pasteurs, conseillers, maîtres-bourgeois, officiers au service étranger. La souche principale descend d'Abraham (1698-1754), allié de Treytorrens. Elle s'illustra notamment en la personne de Jacob Georges (->) et de son fils Georges-Henri (1807-1879), avocat, procureur et député au Grand Conseil bernois (1847-1854). Elle fut reçue bourgeoise de Berne en 1816 et opta pour la version allemande du nom de famille.

Sources et bibliographie

  • ABourg La Neuveville
  • Almanach généal. suisse, 7, 945-948
  • O. Clottu, «Les familles de La Neuveville, leur origine et leur destinée», in Actes SJE, 1949, 83-101
  • Th.R. Frêne; A. Bandelier et al., éd., Journal de ma vie, 5, 1993, 398-400