de fr it

Faigaux

Famille de Malleray, que l'on trouve installée à Sorvilier. Petit Jean F. (cité dès 1535, 1565), de Malleray, et son second fils Claude (apr. 1589) furent tous deux bandeliers de la prévôté de Moutier-Grandval. Dès la fin du XVIIIe s., les F. de Malleray furent parmi les premiers Prévôtois à pratiquer l'horlogerie. Jean-Pierre (1746-1833), monteur de boîtes, et son fils, paysan-horloger, ont laissé d'intéressants journaux personnels.

Probablement apparentés aux F. de Malleray, les F. de Sorvilier furent notaires et pasteurs. David (1675-1746), pasteur, piétiste, dut quitter sa cure de Bévilard en 1713 malgré le soutien du prince-évêque. Le mariage de son fils François-Louis (1706-1752), pasteur à Orvin dès 1727, avec sa cousine Isabelle d'Aubigné, créa un autre conflit entre le prince-évêque de Bâle et la classe d'Erguël, et le ministre poursuivit sa carrière aux Pays-Bas (1732), puis en Allemagne (1742) où il fut professeur de philosophie à Kassel (1748). Isaac (1718-1796), notaire et géomètre, fut membre de la Société économique de Berne.

Sources et bibliographie

  • Ch. Frey, Hist. et chronique de Malleray, 1926 (21979)
  • H. Vuilleumier, Hist. de l'Eglise réformée du Pays de Vaud sous le régime bernois, 3, 1930, 409-450
  • Matrikel Basel, 4, 250, 524
  • C. Gigandet, Les journaux particuliers des bourgeois de Malleray au XIXe s., mém. lic. Neuchâtel, 1981