de fr it

Ane

Détail de la Nativité et adoration des Mages, huile sur bois anonyme vers 1435 (église de Valère, Sion, MV12982_79) © Musées cantonaux du Valais, Sion; photographie Michel Martinez & Bernard Dubuis.
Détail de la Nativité et adoration des Mages, huile sur bois anonyme vers 1435 (église de Valère, Sion, MV12982_79) © Musées cantonaux du Valais, Sion; photographie Michel Martinez & Bernard Dubuis. […]

En Europe, l'âne est répandu surtout dans les Balkans et sur le pourtour méditerranéen et il a été introduit en Europe centrale et en Suisse par les Romains. Son élevage n'a jamais été très important au nord des Alpes. Quelques os ont été trouvés lors de fouilles archéologiques à Soleure-Vigier (IIe-IIIe s. apr. J.-C.) et dans l'amphithéâtre d'Augusta Raurica (IIIe s. apr. J.-C.). Le petit nombre de vestiges de cette époque fait supposer qu'on n'élevait pas alors de Mulet. Le Moyen Age utilisait parfois des ânes pour le transport (Sommage). Au contraire du cheval, l'âne avait peu de prestige. Pour le chroniqueur mérovingien Grégoire de Tours, il était symbole d'humilité et donc la monture des ecclésiastiques. Il figure comme animal de bât d'un marchand sur une illustration du codex Manesse. L'utilisation d'ânes et de mulets est suggérée par de petits fers (château fort de Scheidegg dans la commune de Gelterkinden, Alt-Wartburg, Frohburg). Les ossements sont rares (église des cordeliers à Bâle, peut-être château fort de Heitnau); mais les squelettes du cheval, du mulet et de l'âne étant difficiles à différencier, certains fragments ont pu être attribués à tort au dernier. Les ânes ne sont pas rares en ville, où ils servent de bêtes de somme. Au début du XIXe s. à Lausanne, les meuniers vendent du lait d'ânesse aux femmes stériles et aux accouchées. D'après les recensements fédéraux du bétail, la Suisse comptait 2113 ânes en 1876, 359 en 1956 et 2095 en 1996. A cette date, on en trouvait surtout dans les cantons de Berne (528) et du Tessin (215), mais peu chez les agriculteurs de Suisse centrale. Ils sont plutôt considérés comme des animaux de compagnie et utilisés pour les loisirs (Animaux domestiques).

Sources et bibliographie

  • J. Ewald, J. Tauber, Die Burgruine Scheidegg bei Gelterkinden, 1975, 82
  • J. Schibler, B. Stopp, «Osteoarchäologische Auswertung der hochmittelalterlichen Tierknochen aus der Barfüsserkirche in Basel», in Basel, Barfüsserkirche, Grabungen 1975-1977, éd. D. Rippmann et al., 1987, 331
  • N. Benecke, Der Mensch und seine Haustiere, 1994