de fr it

Niklaus LeonzSchalbretter

28.3.1767 à Lucerne, 29.8.1832 à Beromünster, cath., de Lucerne. Fils de Josef et d'Anna Maria Hertzig. Etudes de théologie au collège des jésuites de Lucerne (1778-1788). Diacre de Saint-Léger à Lucerne (1789-1794), curé à Grossdietwil (1794-1827), doyen du chapitre de Willisau (1820-1827), chanoine de Beromünster (1827-1832). Partisan des Lumières, S. soutint, en tant qu'inspecteur scolaire, la création d'écoles de campagne dans le district d'Altishofen (1799-1802), dans le 9e arrondissement scolaire (Pfaffnau, Grossdietwil, Altishofen, Reiden, 1809-1818) et dans le 8e arrondissement scolaire (Reiden, Zell, 1819-1820 et 1823-1827). Membre du comité des examens de théologie (conseil ecclésiastique) de 1816 à 1822. Collaborateur de l'Idiotikon (dictionnaire dialectal) de Franz Josef Stalder. Auteur d'un essai sur l'encouragement à la protoindustrie et à la liberté d'entreprise pour combattre la pauvreté (1817). Coïnitiateur du mémoire clérical contre la bibliothèque confessionnelle libérale d'Eduard Pfyffer destinée aux instituteurs (1822). Invité de la Société helvétique. Membre de la Société de lecture de Lucerne.

Sources et bibliographie

  • P. Bernet, Der Kanton Luzern zur Zeit der Helvetik, 1993
  • W. Hörsch, J. Bannwart, Luzerner Pfarr- und Weltklerus 1700-1800, 1998
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 28.3.1767 ✝︎ 29.8.1832
Indexation thématique
Religion (catholicisme)