de fr it

EdmundSchnyder

7.6.1606 (Johann) à Mellingen, 2.2.1677 à Lucelle, abbaye de Saint-Urbain, cath., de Mellingen. Fils d'Anton, secrétaire de la ville. Ecole de l'abbaye cistercienne de Saint-Urbain (1620-1622), profès. Etudes au collège Saint-Bernard à Dole (1622-1630), ordination (1630). Professeur de philosophie à l'abbaye d'Hauterive (1631-1634). Prieur (1635-1640), puis abbé (dès 1640) de Saint-Urbain, S. soutint activement les réformes de l'ordre. Se fondant sur l'immunité, il refusa dès 1648 au Conseil de Lucerne la consultation des comptes de l'abbaye. Durant le conflit dit des confesseurs (Beichtigerhandel,1647-1652), il lutta en vain pour le droit de visitation et la pastorale dans les couvents féminins de Rathausen et d'Eschenbach, qui furent détachés de l'ordre par Rome. En 1649, l'abbé général nomma S. vicaire général et visitateur des provinces de Suisse, d'Alsace et de Brisgau, ainsi que visitateur de tous les couvents de nonnes et de moines de la congrégation de Haute-Allemagne en 1653. S. veilla à imposer la clôture dans les couvents des bailliages communs et fit rénover Saint-Urbain pour l'adapter à la communauté croissante. En 1654, il acquit la seigneurie thurgovienne de Liebenfels et, en 1667, Schweikhof qui y était attaché.

Sources et bibliographie

  • HS, III/3, 416-418, 612-616, 867-870
  • Sankt Urban 1194-1994, 1994, 54-55
  • D. Ruckstuhl-Bättig, Der Zisterzienserkonvent St. Urban im 17. Jahrhundert, mém. lic. Berne, 1995
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 7.6.1606 ✝︎ 2.2.1677
Indexation thématique
Religion (catholicisme)