de fr it

AugustBenziger

2.1.1867 à Einsiedeln, 13.4.1955 à New York, catholique, d'Einsiedeln, citoyen américain en 1951. Peintre et portraitiste actif en Europe et aux Etats-Unis.

Issu de la famille d'éditeurs Benziger, August Benziger était le fils d'Adelrich Benziger et d'Anna Maria née Koch, fille d'un agriculteur de Boswil. Son père, copropriétaire des éditions catholiques Benziger Verlag, disposait d'un réseau de contacts international dans le monde des affaires et des arts. August Benziger grandit dans un cadre familial catholique strict. Sa sœur Anna (nom en religion Margherita Maria) et son frère Alois Maria Benziger entrèrent plus tard dans l'ordre du Carmel en Belgique.

Photographie diffusée par les agences de presse lors du décès d'August Benziger en 1955 (KEYSTONE / Photopress, image 302581061).
Photographie diffusée par les agences de presse lors du décès d'August Benziger en 1955 (KEYSTONE / Photopress, image 302581061).

Benziger reçut une éducation approfondie, qui devait le préparer à la carrière d'éditeur d'art religieux à laquelle on le destinait. A l'âge de quatre ans déjà, il suivit des cours privés de dessin. Après avoir fréquenté l'école primaire à Einsiedeln, il fit des séjours de formation aux gymnases bénédictins de Sarnen et Thonon, à l'école bénédictine Downside School à Bath, à l'école Saint-Luc à Gand et à l'Institut Saint-Louis à Bruxelles, où le directeur de l'Académie royale des beaux-arts, Joseph Stallaert, lui donna des leçons privées. Il compléta sa formation à Genève, à l'Ecole royale des arts appliqués de Munich, où il côtoya le peintre d'art sacré Andreas Müller, et à l'Académie des beaux-arts de Vienne. Entre deux périodes de formation, il travaillait dans la maison d'édition paternelle à Einsiedeln. Il entreprit par ailleurs de longs voyages d'études avec le père Albert Kuhn, historien de l'art.

Après avoir séjourné à Paris en 1889-1890 à l'occasion de l'Exposition universelle, Benziger décida de vivre sa vie en tant qu'artiste peintre indépendant. Il y ouvrit un atelier en 1891 et, parrainé par des entrepreneurs renommés et proches de sa famille tels Charles Lorilleux et Alfred Firmin-Didot, connut ses premiers succès comme portraitiste de la bourgeoisie parisienne. Les années qui suivirent furent sans répit, occupées par de nombreux travaux de commande, qu'il réalisa dans des ateliers à Paris et à Zurich, en Italie et dans plusieurs lieux de cure dans les Alpes. En 1896-1897, à l'instigation de l'industriel du textile zurichois Robert Schwarzenbach, il fit un premier séjour prolongé aux Etats-Unis. A Chicago, Benziger fit la connaissance de Gertrud Lytton, fille d'un riche propriétaire de grands magasins d'origine juive, qu'il épousa le 5 juillet 1898 à la cathédrale Saint-Patrick à New York. Trois filles naquirent de cette union jusqu'en 1902, dont l'une, Marguerite Benziger, entra dans les ordres, comme avant elle sa tante Margherita Maria et son oncle Alois Maria. La famille jouissait de plusieurs lieux de résidence à New York, Paris et Brunnen, où Benziger avait fait construire en 1903-1904 un Grand Hôtel sur un bien-fonds familial dont il avait hérité. L'endroit devint le lieu de rencontre de l'aristocratie, du haut clergé et de la bourgeoisie aisée; Benziger s'y retira après la Première Guerre mondiale. Il passa les dernières années de sa vie à New York et obtint la citoyenneté américaine en 1951.

«L’atelier de l’artiste», après 1907. Reproduction d’une photographie publiée dans l’ouvrage de Richard Braungart, August Benziger. Sein Leben und sein Werk, Munich, 1922 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln, Hic.2.4).
«L’atelier de l’artiste», après 1907. Reproduction d’une photographie publiée dans l’ouvrage de Richard Braungart, August Benziger. Sein Leben und sein Werk, Munich, 1922 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln, Hic.2.4). […]

En tant que portraitiste, August Benziger fut apprécié par les élites en Europe et outre-Atlantique. Parmi les personnalités dont il fit le portrait figurent des présidents européens et américains, des papes et des cardinaux, des chefs militaires et des capitaines d'industrie. Il réalisa ses plus gros succès artistiques et commerciaux aux Etats-Unis. Son œuvre, marquée par les canons esthétiques du XIXe siècle, fut toutefois de plus en plus rejetée par la critique dès les années 1920.

Sources et bibliographie

  • Braungart, Richard: August Benziger. Sein Leben und sein Werk, 1922.
  • Benziger, Marieli: August Benziger. International Portrait Painter, 1993.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Appartenance familiale
Dates biographiques ∗︎ 2.1.1867 ✝︎ 13.4.1955