de fr it

DieTat

Journal fondé par Gottlieb Duttweiler, hebdomadaire de 1935 à 1939, puis quotidien à partir de 1939 (disponible dès la veille).

Die Tat fut l'organe de l'Alliance des Indépendants (AdI). Défendant les idées de son fondateur en politique intérieure, le journal acquit la réputation d'une feuille sérieuse et critique avec les années, surtout grâce à son supplément hebdomadaire Literarische Tat, dirigé par Max Rychner, et plus tard par Erwin Jaeckle. La publication s'opposa d'emblée au national-socialisme et atteignit un tirage de plus de 40'000 exemplaires avant la Deuxième Guerre mondiale. Le déclin de la presse politique lui valut de perdre des lectrices et des lecteurs (tirage de 25'000 exemplaires en 1976) et d'enregistrer des pertes croissantes. Les responsables de Migros, considérant le quotidien trop élitiste et déconnecté de la réalité, décidèrent de le transformer en un journal de boulevard modéré, axé sur la protection des consommateurs, mais sans faits divers criminels et sexuels. Une pétition signée par environ 150 personnalités du monde de la culture, de la science et de la politique, demandant de poursuivre au moins la publication du Literarische Tat, ne fut pas entendue. Die Tat parut pour la dernière fois sous sa forme traditionnelle le 1er avril 1977; la nouvelle feuille fut publiée pour la première fois trois jours plus tard, en petit format et en couleur, sous la responsabilité du rédacteur en chef Roger Schawinski. Le style agressif et souvent critique en matière économique du journal conduisit rapidement à un conflit permanent entre la rédaction et l'éditeur et bailleur de fonds Migros, dont la direction cherchait à orienter le contenu du quotidien. Cette discorde dégénéra avec le licenciement du rédacteur en chef et une grève de la rédaction, raison pour laquelle l'édition du 23 septembre 1978 ne parut pas. Les contrats de travail des quelque 40 journalistes furent résiliés avec effet immédiat et Die Tat cessa de paraître le 25 septembre 1978.

Sources et bibliographie

  • Bibliothèque nationale suisse, Berne, Die Tat 1935-1978 (e-newspaperarchives.ch).
  • Schweizerische Journalisten-Union (éd.): Liquidiert. Erstmals streikte in der Schweiz eine Zeitungsredaktion, 1978.
  • Bollinger, Ernst: Pressegeschichte 2. 1840-1930: Die goldenen Jahre der Massenpresse, 2002(1996), pp. 139-141.
Liens

Suggestion de citation

Ernst Bollinger: "Tat, Die", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 14.11.2022, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/043038/2022-11-14/, consulté le 05.12.2022.