de fr it

NikolausBenziger

22.3.1808 à Einsiedeln, 5.12.1864 à Einsiedeln, catholique, d'Einsiedeln. Associé de la maison d'édition Benziger Verlag à Einsiedeln, député au Grand Conseil schwytzois.

Nikolaus Benziger était le deuxième fils de Josef Karl Benziger, éditeur, marchand de livres et d’objets de dévotion, et de Margaretha née Fuchs. Tout au long de sa vie, il resta très étroitement lié à son frère aîné Karl Benziger. Le 11 février 1828, il épousa sa cousine au deuxième degré Aloisia Benziger, fille de l’aubergiste Joseph Stefan Benziger et d’Ursula née Eberle, tous deux d’Einsiedeln.

Portrait de Nikolaus Benziger. Photographie tirée d’un album de famille, vers 1860 (Collection privée; copie numérisée, Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln).
Portrait de Nikolaus Benziger. Photographie tirée d’un album de famille, vers 1860 (Collection privée; copie numérisée, Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln). […]

Après une formation classique au collège de Bellinzone, tenu par les bénédictins d’Einsiedeln, et au collège jésuite Saint-Michel à Fribourg, Benziger acquit des connaissances commerciales et linguistiques à Bâle, Moûtiers (Savoie) et Lyon. En 1826, il entra dans la maison d'édition de son père, qu’il reprit en 1833 avec son frère Karl pour en faire une société en nom collectif appelée Gebr. Karl & Nicolaus Benziger (Benziger Verlag). Une année plus tard, il fit l’acquisition de la maison Adler à Einsiedeln. Véritable moteur de l’entreprise, il donna l’impulsion à de nombreuses innovations techniques, comme l’introduction de la stéréotypie. Sous sa direction, un vaste complexe industriel fut construit à Einsiedeln et la firme se développa en un établissement spécialisé dans l’imprimerie, la gravure en taille douce et la lithographie. Amateur de la langue et de la littérature, lui-même auteur de poèmes, Benziger se concentra sur l’édition des livres, tandis que son frère Karl s’occupa principalement des questions commerciales.

A Einsiedeln, Benziger cofonda une société de lecture et une caisse d’épargne. Au plan politique, il fut juge de district, préfet et député au Grand Conseil schwytzois (1833-1840), où il défendit des positions libérales modérées et s’investit notamment dans l’amélioration de l’école et de l'assistance aux pauvres. Il se montra plutôt hostile au Sonderbund catholique.

Nikolaus Benziger se retira des affaires en 1860. Après une longue maladie, il mourut d'une insuffisance rénale le 5 décembre 1864 à Einsiedeln.

Portraits de Nikolaus et Aloisia Benziger. Huile sur toile de Josef Stocker, Zoug, 1865 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln, Zf.40 und Zf.41).
Portraits de Nikolaus et Aloisia Benziger. Huile sur toile de Josef Stocker, Zoug, 1865 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln, Zf.40 und Zf.41). […]

Sources et bibliographie

  • Stiftung Kulturerbe Einsiedeln, Einsiedeln, Nachlassarchiv Benziger Verlag.
  • Schwyzer Zeitung, 9.12.1864 (nécrologie).
  • Einsiedler Anzeiger, 10.12.1864 (nécrologie).
  • Benziger, Karl Josef: Geschichte der Familie Benziger von Einsiedeln, Schweiz, 1923.
  • Nauer, Heinz: Fromme Industrie. Der Benziger Verlag Einsiedeln 1750-1970, 2017. Online: Zenodo, consulté le 6.12.2019.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Variante(s)
Nicolaus Benziger
Dates biographiques ∗︎ 22.3.1808 ✝︎ 5.12.1864