de fr it

ArthurNicolet

23.3.1912 à La Chaux-de-Fonds, 12.9.1958 au Chauffaud (comm. Villers-le-Lac, Franche-Comté), cath., de Mont-Tramelan. Fils de Philippe, agriculteur, et de Berthe Ida Grosclaude. 1936 Marie-Louise Deschamps, institutrice, Française. Ecole normale à Neuchâtel. Entré à la Légion étrangère (1931), N. participe aux opérations que la France mène en Afrique du Nord (1932-1936, 1937-1939) qui inspirent son roman Mektoub (1948). En 1939, il s'engage comme volontaire pour la campagne de France. Déporté en Allemagne (1943), il est libéré à la fin de la guerre et raconte sa captivité dans L'œil de bronze (1946). N. passe la fin de sa vie au Chauffaud, travaillant en usine au Locle. Son dernier combat, d'action et de verbe, sera sa collaboration avec Le Jura libre (chroniques réunies dans Du haut de ma potence, 1961). Ami de Charles Maurras dont il partage les idées, notamment le culte de l'héritage latin, ainsi que de René-Louis Piachaud.

Sources et bibliographie

  • Les Poèmes d'Arthur Nicolet, 1962 (avec biogr.)
  • E. Martinet, «Arthur Nicolet, paysan, poète et légionnaire neuchâtelois», in Portraits d'écrivains romands contemporains, 2, 1954, 195-202
  • Anthologie jurassienne, 2, 1965, 52-61
  • J.-F. Rouiller, Les Suisses célèbres à la Légion étrangère, 1991, 112-114
  • Biogr.NE, 5, 231-235
Liens
Notices d'autorité
GND
En bref
Dates biographiques ∗︎ 23.3.1912 ✝︎ 12.9.1958

Suggestion de citation

Jakubec, Doris: "Nicolet, Arthur", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 09.11.2010. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/043733/2010-11-09/, consulté le 24.10.2020.