de fr it

Caronesi

Nom collectif désignant des sculpteurs, lapicides et architectes originaires de Carona, actifs dès le XIVe s. et appartenant principalement aux familles Solari et Aprile. Dès 1389, Marco de Carona est mentionné parmi les architectes responsables de la construction du dôme de Milan; il fut ingénieur général de la fabrique de 1401 à 1407. On attribue à Andrea et à Filippo de Carona (de la famille Solari), sculpteurs documentés entre 1434 et 1460, le monument de Vitaliano et Giovanni Borromeo, réalisé entre 1445 et 1446 pour l'église Saint-François la Grande à Milan (actuellement au palais Borromée sur l'Isola Bella). Sur la base de cette œuvre, on a attribué à ces deux artistes, peut-être apparentés, quelques-unes des plus importantes sculptures de la première moitié du XVe s. en Italie du Nord: à Castiglione Olona, la lunette, les autels, la tombe Branda du chapitre collégial et la décoration sculptée du baptistère et de l'église de Villa; un retable réalisé pour l'église Saint-Georges à Savone (aujourd'hui à New York, Cloisters) et le monument équestre de Francesco Spinola (aujourd'hui au palais Spinola à Gênes); les fragments d'un autel et les fonts baptismaux de l'église Saint-Georges à Carona ainsi qu'un groupe de sculptures vénitiennes de qualité exceptionnelle, déjà attribuées au "maître de l'Autel des Mascoli", qui marquent une transition entre des modèles de gothique tardif florentin et un style désormais nettement Renaissance. Entre la fin du XVe et le début du XVIe s., les sculpteurs Giorgio, Carlo et Giovan Antonio de Carona furent actifs au Frioul. Dans les Marches, le sculpteur Bernardino de Carona fut l'auteur du monument dédié à Jules II dans l'église Saint-François à Ascoli Piceno (1509) et du portail de l'église Saint-Michel à Fano (1511). Un autre sculpteur, Francisco de Carona, est attesté au XVIe s. à Gênes puis à Séville, où il travailla au palais de l'Alcazar (1566) et à la cathédrale (1568-1574). Vers 1630 Giovan Battista de Carona œuvra à Venise.

Sources et bibliographie

  • E. Arslan, éd., Arte ed artisti dei laghi lombardi, 1, 1959
  • G. Gentilini, «Virtù ed eroi di un'impresa dimenticata: il monumento di Vitaliano e Giovanni Borromeo», in Scultura lombarda del Rinascimento, 1997, 47-82
  • A. Markham Schulz, «A Venetian sculpture by Lombard sculptors: Filippo Solari, Andrea da Carona, and the Franco altar for S. Pietro di Castello, Venice», in The Burlington Magazine, 139, 1997, 836-848