de fr it

JeanHerrenschwand

13.2.1728 à Morat, 10.5.1812 à Paris, prot., de Morat. Fils de Johann, marchand de fer, et d'Anna Krämer, de Montbéliard. Marié. Etudes à Göttingen. Grand-juge et trésorier des Gardes suisses à Paris dès 1761. Après la disgrâce du duc de Choiseul, H. le suivit en 1770 à Londres, où il se consacra à l'étude de l'économie et publia plusieurs essais, dont Discours sur le commerce extérieur des nations européennes (1787-1790), De l'économie politique et morale de l'espèce humaine (1796) et Du vrai gouvernement des peuples (1802). Il y contesta les théories de libre-échange d'Adam Smith et se fit le défenseur, avec James Stewart et Arthur Young, d'un état agricole et industriel indépendant et autonome. Chevalier de l'ordre du Mérite militaire.

Sources et bibliographie

  • A. Jöhr, Jean Herrenschwand, 1901
  • J.-J. Gislain, «Jean Herrenschwand, un physiocrate suisse hétérodoxe?», in Hist. de la pensée économique, 1995, no 22/23, 195-208
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Appartenance familiale
Dates biographiques ≈︎ 13.2.1728 ✝︎ 10.5.1812

Suggestion de citation

Braun, Hans: "Herrenschwand, Jean", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 15.10.2007, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/044473/2007-10-15/, consulté le 29.11.2020.