de fr it

SternenbergBE

Juridiction bernoise (1388-1798), dite aussi de Neuenegg. Après la guerre de Sempach (1388), Berne annexa les territoires situés sur la rive gauche de l'Aar, du Jura à la chaîne du Stockhorn, et usurpa les droits landgraviaux locaux de l'ancien landgraviat de Burgundia circa Ararim, les partageant entre les juridictions de Seftigen et de S. Se fondant sur ces droits, Berne imposa sa domination progressivement sur les seigneuries de la région, s'attribuant en particulier le droit de lever des troupes et des impôts, ainsi que la justice criminelle. Deuxième en importance des quatre juridictions bernoises, mais la plus petite en superficie, S. relevait du banneret de la corporation des Forgerons. Elle s'étendait du Schwarzwasser au sud, de la Singine et de la Sarine à l'ouest, jusqu'à l'Aar au nord et au Gurten à l'est et était divisée en quatre districts.

Les tribunaux (Dingstätte) siégeaient "sous le grand chêne" à Gasel (comm. Köniz) et "sous les sapins" à Neuenegg. Sous l'Ancien Régime, le banneret était seul compétent pour l'administration militaire, secondé d'un sautier local comme fonctionnaire exécutif. Dans les trois districts du sud-est, la justice criminelle relevait du grand sautier de Berne, dans le quatrième, celui du nord-ouest, du bailli de Laupen; les basses justices appartenaient à divers seigneurs. Le droit de la ville de Berne s'appliquait à la juridiction de S.; l'expression "droit territorial de S." désignait divers privilèges octroyés par Berne (1513/1517, 1732). La juridiction de S. fut supprimée en 1798. La partie orientale (Köniz, Oberbalm) fut attribuée en 1803 au bailliage (Oberamt), puis district de Berne, la partie nord-occidentale (Neuenegg, Laupen, Mühleberg, Frauenkappelen) à celui de Laupen.

Sources et bibliographie

  • R. von Stürler, Die vier Berner Landgerichte Seftigen, Sternenberg, Konolfingen und Zollikofen, 1920
  • A.-M. Dubler, «Die Landgrafschaften», in AHVB, 90, 2013, 21-33
Indexation thématique
Entités politiques / Juridiction