de fr it

SalomeSchönauer

1640 à Bâle, 2.7.1691 à Bâle, prot., de Bâle. Fille de Johann Rudolf Schönauer, receveur, et de Cleopha Bart. 1) 1659 Christoph Hummel, intendant du chapitre cathédral, 2) 1680 Christoph Burckhardt (->). Aux côtés de ce dernier, S. tenta d'influencer en coulisse les élections et la politique. Durant les désordres de 1691, elle devint le symbole honni de l'Ancien Régime (sous le slogan de "gouvernement des femmes") et sa victime rêvée. Condamnée le 26 mars 1691 à une amende de 6000 fl. et à quatre ans de maison d'arrêt, elle mourut, avant même la fin des troubles, dans un isolement total.

Sources et bibliographie

  • S. Burghartz, «Frauen-Politik-Weiberregiment», in Frauen in der Stadt, éd. A. Head-König, A. Tanner, 1993, 113-134
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Variante(s)
Salome Burckhardt (nom de mariage)
Salome Burckhardt-Schönauer (nom de mariage)
Salome Hummel (nom de mariage)
Appartenance familiale
Dates biographiques ∗︎ 1640 ✝︎ 2.7.1691

Suggestion de citation

Burghartz, Susanna: "Schönauer, Salome", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 10.04.2003, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/044893/2003-04-10/, consulté le 21.09.2020.