de fr it

Carl JacobLöwig

17.3.1803 à Kreuznach (auj. Rhénanie-Palatinat), 27.3.1890 à Breslau, Allemand. Fils de Jacob, lieutenant dans un bataillon de chasseurs, et de Christine Eberts. Emilie Werde, de Ziegelhausen (Bade). Etudes de pharmacie, puis de chimie à l'université de Heidelberg, doctorat et habilitation en 1830. Assistant de Leopold Gmelin et privat-docent de chimie organique (1830-1833), L. enseigna cette branche aux universités de Zurich (professeur extraordinaire de 1833 à 1845, ordinaire de 1846 à 1853) et Breslau (professeur de 1853 à 1889). Entre 1833 et 1845, il donna aussi des cours à l'école industrielle supérieure de Zurich. Indépendamment d'Antoine-Jérôme Balard, premier découvreur du brome, L. trouva cet élément dans la saumure des salines de Kreuznach et isola de nombreux composés organiques qui en contenaient. En 1850, il découvrit l'éthyle d'antimoine pyrophore, ce qui permit la production de tétraéthyles d'étain et de plomb. Il est ainsi l'un des fondateurs de la chimie organométallique des éléments du groupe principal. Lors d'essais de réduction d'esters oxaliques avec un amalgame de sodium, il trouva l'acide désoxalique. Il possédait une usine près de Breslau où l'on fabriquait des aluminates solubles en traitant de l'alumine avec du carbonate de sodium (procédé Löwig). Auteur notamment de manuels de chimie organique, titulaire de nombreuses distinctions. Doctorat honoris causa de la faculté de médecine de l'université de Berne (1835).

Sources et bibliographie

  • Chemische Untersuchung des Mineralwassers zu Seewen im Canton Schwyz, 1834
  • Die Mineralquellen von Baden im Canton Aargau, 1837
  • Chemische Untersuchung der warmen Schwefelquelle in Schinznach in der Schweiz, 1844
  • C.H. Eugster, «150 Jahre Chemie an der Universität Zürich», in Chimia, 37, 1983, 194-237
  • NDB, 15, 109-110
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 17.3.1803 ✝︎ 27.3.1890